Canadiens de Montréal

«Nous méritions de gagner» – Carey Price

Jean-François Chaumont / Le Journal de Montréal

Publié | Mis à jour

La consternation se lisait mercredi soir sur les visages des Carey Price, Max Pacioretty, Brendan Gallagher et Tomas Plekanec dans le minuscule vestiaire de l’équipe adverse du Amalie Arena, à Tampa.

Le Canadien se retrouvait à 1,2 seconde de la présentation d’une prolongation. Jusqu’à la toute fin, il y avait encore de l’espoir. L’espoir de gagner un premier match dans cette série. L’espoir de rebondir en arrachant une première victoire sur la glace du Lightning.

Tyler Johnson a ruiné cette lueur d’espoir qu’on apercevait à l’horizon en déjouant Price après une autre belle passe de Victor Hedman, l’un des meilleurs défenseurs de la LNH.

«Ce n’est pas une situation idéale quand tu perds une série 3 à 0, a murmuré Price. Encore une fois, nous avons frappé trois poteaux. Nous méritions de gagner. Je n’ai pas réussi à faire l’arrêt à la toute fin du match avec le résultat que nous connaissons maintenant.»

À l’image de son gardien, Tomas Plekanec croit que le mauvais sort s’acharne sur le CH.

«Nous avons joué tout un match, nous avons eu plusieurs chances de marquer, nous avons décoché plusieurs tirs, nous avons touché des poteaux, mais nous avons perdu ce match, a affirmé Plekanec d’une voix éteinte. C’est le pire sentiment possible quand l’équipe adverse marque un but gagnant à la toute fin de la rencontre.»

Pacioretty y croit encore

Dans un autre coin, Pacioretty cherchait à garder le moral.

«Il ne faut surtout pas faire l’erreur de nous apitoyer sur notre sort, a affirmé le numéro 67. Si nous pouvons jouer de la même façon lors du quatrième match, nous aurons de très bonnes chances de remporter une première victoire. Nous devrons trouver une façon de marquer plus de buts.»

«Nous formons une équipe, a-t-il poursuivi. Nous avons toujours surmonté l’adversité, nous avons toujours bien répondu dans des moments difficiles. C’est notre boulot de nous présenter demain et de jouer un bon match.»

L’anecdote de Gallagher

Auteur de l’unique but des siens, Gallagher ne conservera pas un bon souvenir de la journée de ses 23 ans.

«À l’époque, je croyais que mon pire cadeau de fête était quand ma petite sœur était née le même jour que moi, a-t-il dit. Dans mon esprit d’un petit garçon de 10 ans, je ne voulais pas partager le même jour de fête avec ma sœur. Maintenant, je dirais que cette défaite un 6 mai contre le Lightning représente un bien pire cadeau.»