NHL: Stanley Cup Playoffs-Anaheim Ducks at Calgary Flames

Crédit : USA Today Sports

Anaheim - Calgary

Les Ducks se reposent dans les montagnes

Publié | Mis à jour

À défaut de patiner confortablement sur leur «étang» du Honda Center, les joueurs des Ducks d’Anaheim ont trouvé un peu de tranquillité dans les montagnes de Banff, où ils ont pu se détendre pendant deux jours.

La formation californienne a subi une défaite de 4-3 en prolongation aux mains des Flames de Calgary lors du troisième duel de la demi-finale de l’Association de l’Ouest, mardi. Ce revers ayant laissé des traces, un répit s’avérait nécessaire pours les hommes de l’entraîneur-chef Bruce Boudreau qui renoueront avec l’action vendredi.

«Je crois que cette journée (mercredi) a été l’occasion de se reposer et de penser à autre chose que le hockey, a commenté le capitaine des «Canards», Ryan Getzlaf, sur le site web de la Ligue nationale de hockey. Quelques gars ont mis les pieds sur la glace seulement pour se délier les jambes, mais l’objectif ici était de s’éloigner de tout et de mettre notre tête hors-fonction. On reprendra le boulot le lendemain.»

«Il fallait sortir un peu de la ville. Dans un lieu où les gens sont maniaques de hockey, vous ne pouvez circuler sans apercevoir un chandail rouge ou entendre quelqu’un parlant des séries», a précisé Boudreau au quotidien «Los Angeles Daily News».

Même s’ils ont échappé leur première rencontre éliminatoire à Calgary, les premières têtes de série dans l’Ouest n’ont pas pressé le bouton panique.

«C’est une bonne chose qu’on ait mis cet échec rapidement derrière nous, a ajouté l’attaquant Ryan Kesler. Vous ne pouvez terminer les séries avec une fiche de 16-0, c’est pratiquement impossible. Ce matin, les joueurs étaient dans un bon état d’esprit et avaient du plaisir.»

Retrouver le droit chemin

S’ils espèrent retrouver le sentier de la victoire, les Ducks devront oublier celui menant au cachot. Faute de discipline en fin de match, mardi, ils ont joué avec le feu et se sont brûlés avec deux punitions. Les Flames ont créé l’égalité avec une vingtaine de secondes à écouler en temps réglementaire, avant de l’emporter au retour du vestiaire, profitant chaque fois d’un avantage numérique.

«On a commis quelques erreurs et ça nous a coûté cher. Mais il faut donner crédit à l’adversaire, qui a assez bien joué pour gagner. Par contre, je pense qu’on a aussi suffisamment bien fait pour gagner», a expliqué Kesler.

«Notre plan était d’être agressif et d’y aller avec un bon échec-avant, mais on s’est éloigné de notre plan, a spécifié le défenseur François Beauchemin. Espérons que ces journées de congé nous permettront de nous concentrer et d’être prêts pour la quatrième partie.»