LNH

Les Canadiens toujours en vie

Jonthan Bernier / Le Journal de Montréal

Publié | Mis à jour

L’énergie du désespoir n’ayant pas été suffisante pour vaincre le Lightning de Tampa Bay dans le match précédent, c’est avec celle d’un animal blessé que le Canadien de Montréal a disputé cette quatrième rencontre.

Mené par Max Pacioretty, le leader qu’on attendait, le Tricolore a lessivé le Lightning au compte de 6-2, jeudi soir, au Amalie Arena de Tampa.

La rencontre était diffusée en direct sur les ondes de TVA Sports.

À VOIR : Sommaire

BUT : Subban met la table, Markov complète le service

BUT : Pacioretty double l'avance du CH

BUT : Desharnais chasse Bishop du match

BUTS : L'attaque débloque

BUT : Encore ce Kucherov

BUT : Palat ne perd pas de temps

BUT : Prust ne s'excusera pas pour ce but

Pacioretty donne la frousse au CH

Eller se fait parler dans le casque, puis se démarque

Price pouffe de rire devant l'astronaute

Galchenyuk, joueur RAM du match

Il faut continuer d'y croire!

Le Canadien a ainsi évité l’affront d’un balayage pour la première fois depuis le printemps 2009.

Les hommes de Michel Therrien auront l’occasion de franchir la deuxième étape de ce retour, dont le statut peut être encore qualifié d’improbable, samedi, au Centre Bell.

D’ailleurs, au cours de sa longue histoire, jamais le Canadien n’est parvenu à provoquer la tenue d’un sixième match après avoir tiré de l’arrière 0-3.

Dans ce match pratiquement à sens unique, le Canadien a marqué de toutes les façons. À forces égales, en infériorité numérique et, croyez-le ou non, en supériorité numérique.

«On a marqué un but en partant le match et on est allé en chercher un autre gros en infériorité numérique. Ça nous donner une dose de confiance qu’on a gardée jusqu’à la fin du match», a indiqué David Desharnais.

Dès le départ

Pacioretty n’a pas tardé à montrer la voie à ses coéquipiers. Il n’y avait pas encore trois minutes d’écoulées à la rencontre lorsque sa détermination à l’entrée du territoire du Lightning a mis la table pour le premier but de la soirée, celui d’Andreï Markov.

Ce n’était que la troisième fois depuis le début du tournoi printanier que les Montréalais noircissaient la feuille de pointage les premiers.

Alors que ce même Markov se trouvait au cachot, Pacioretty a accepté une brillante passe de Tom Gilbert pour filer seule vers Ben Bishop. Une occasion que l’Américain n’a pas ratée.

Le crochet pour Bishop

Le Canadien a poursuivi son travail de démolition au deuxième vingt en ajoutant trois buts avant que Nikita Kucherov ne profite d’une autre punition à Markov pour inscrire sa formation à la marque.

S’amenant sur le flanc gauche, Desharnais a trompé la vigilance de Bishop du côté de la mitaine. Un but qui n’était pas sans rappeler celui marqué par Pacioretty lors du match initial.

«C’est sûr que j’ai été surpris de voir la rondelle entrer dans le but, a déclaré Desharnais, le sourire aux lèvres. C’est un but chanceux, mais on les prend tous.»

Contrairement à Therrien, qui avait choisi de laisser Carey Price devant le filet malgré le massacre du deuxième match, Jon Cooper n’a pas hésité à sortir le crochet.

Le grand gardien, qui a sauvé la mise du Lightning à plusieurs reprises dans cette série, fut rappelé au banc après avoir accordé trois buts sur 14 lancers.

Regain de vie éphémère

Envoyé dans la mêlée pour la première fois depuis le 31 mars, le jeune Andreï Vasilevskiy n’a rien pu faire pour stopper ce tourbillon.

Déjoué deux fois sur les trois premiers tirs auxquels il a fait face, l’athlète de 20 ans a vu Jeff Petry et Brendan Gallagher marquer à 15 secondes d’intervalle.

«On a rien changé à notre plan de match. On a appliqué le système de jeu à la lettre et, ce soir (jeudi), on a été récompensé», a souligné l’entraîneur du Canadien, à propos de cette avalanche de buts.

Le but d’Ondrej Palat inscrit à 17 secondes du début du troisième engagement, lors d’une autre punition aux visiteurs (Dale Weise) a donné un léger regain de vie au Lightning.

Les locaux ont dangereusement bourdonné autour du filet de Price jusqu’à ce que Brandon Prust vienne calmer leurs ardeurs avec le sixième but du Canadien.