Canadiens de Montréal

Desharnais en uniforme

Publié | Mis à jour

Il y a toujours un brin de mystère à l’aube d’une rencontre importante. Encerclé par une meute de journalistes, David Desharnais a dit qu’il s’attendait à jouer cette troisième rencontre cruciale contre le Lightning.

En conférence de presse, Michel Therrien a offert un son de cloche un peu différent.

«David a bien mangé hier, c'est bon signe, a résumé l’entraîneur en chef. Il s'est entraîné ce matin, il se sent bien, mais on va voir ce soir.»

À sa sortie d’un entraînement optionnel, Desharnais a tenu le discours d’un joueur assez certain de revenir au jeu.

«Je me sens bien et je suis prêt à jouer, a-t-il mentionné. J’ai eu une bonne gastro et je vais vous épargner des détails.»

Finalement, Therrien a opté pour insérer Desharnais dans la formation.

Weise, le coupable!

La voix tiraillée, le petit numéro 51 a raconté qu’il a possiblement hérité de ce virus de l’un de ses coéquipiers.

«J’ai passé la soirée de samedi avec Weisy (Dale Weise), a-t-il rappelé. Il avait été malade quelques jours auparavant et je suis pas mal certain que c’est lui qui m’a transmis ça.»

«Tu ne veux jamais tomber malade à cette période de l’année, a-t-il poursuivi. J’ai trouvé ça difficile de manquer le dernier match. J’ai commencé à me sentir mal dimanche après-midi. Je me suis réveillé de ma sieste puisque j’étais malade.»

Desharnais n’avait pas accompagné ses coéquipiers, lundi, pour le vol à destination de Tampa. Il a retrouvé l’équipe, hier après-midi.

«Chaque fois qu'il y a un virus dans l'entourage de l'équipe, on doit faire attention pour ne pas qu'il se propage, a rappelé Therrien. C'est pourquoi on a pris nos précautions.»

Pour une rare fois, Desharnais n’a donc pas pris l’avion nolisé du CH.

«J’ai fait un vol Montréal-Orlando et un autre Orlando-Tampa, a-t-il précisé. Il y avait énormément de Québécois dans l’avion. Les gens étaient très courtois avec moi, ils me souhaitaient bonne chance. Mais, j’imagine qu’ils n’osaient pas trop me parler puisqu’ils savaient que j’avais un virus.»

En sept matchs depuis le début des séries, Desharnais a obtenu seulement deux passes.

Le classique gros match

En retard 0-2 dans cette série face au Lightning, Lars Eller a décrit l’ambiance dans le vestiaire du Tricolore.

«On ne s’attendait pas à une série facile, on s’attendait à une série très difficile et ce le sera, a affirmé Eller. Il y a toujours de la pression dans cette industrie pour gagner. Si nous menions 2-0, nous aurions la même approche pour ce troisième match. Tu veux toujours gagner le prochain match.»

Alex Galchenyuk, qui devra sortir de son mutisme pour aider son équipe, a mis l’accent sur le caractère du CH.

«Nous sommes affamés et tous les gars se sentent bien en vue de cette rencontre, a-t-il lancé. Nous avons toujours bien fait quand nous faisons face à de l’adversité.»