Canadiens de Montréal

Le Lightning loin d'être satisfait

Publié | Mis à jour

Le Lightning a beau avoir balayé le Canadien de Montréal sur ses propres terres et pris une sérieuse option sur la série avant de rentrer à Tampa, ses joueurs sont conscients que le boulot est loin d'avoir été complété.

«On ne joue pas une série pour se satisfaire uniquement de deux victoires. Il en faut quatre pour remporter une série, a rappelé Braydon Coburn, l'un des trois participants à la conférence téléphonique organisée par le Lightning. En plus, nous ne sommes pas vraiment satisfaits de la façon dont nous avons joué au cours des deux premiers matchs. On peut certainement faire mieux.»

Une chose est certaine, l'attaque massive du Lightning a produit comme elle ne l'avait pas fait depuis le début des séries éliminatoires. Ce qui, selon les intervenants rencontrés, vient peut-être un peu fausser les données.

«Nous avons connu des débuts de match difficile. C'est notre efficacité avec l'avantage d'un homme et la fiabilité de Ben Bishop qui nous a permis de l'emporter. Or, nous nous attendons à ce que le Canadien soit plus discipliné lors du prochain match», a souligné Brian Boyle.

Hors de l’ordinaire

À ce niveau, ce sont évidemment les 31 minutes de punition de Brandon Prust qui ont retenu l'attention. Ancien coéquipier de l'homme fort du Canadien avec les Rangers de New York, Boyle se demandait encore quelle mouche avait bien pu le piquer.

«De ce que je connais de lui, ça sortait un peu de l'ordinaire. Je me demande à quoi il pouvait bien penser, a déclaré le colosse. En réalité, je m'en balance. Il faut rappeler que nous menions 6-2. En ce sens, Braydon a bien fait de réagir dans la façon dont il l'a fait (en se portant à la défense de son gardien).»

«Peut-être devrions-nous demander à Bish (Ben Bishop) de demeurer dans son filet lorsque nous menons par quatre buts», a-t-il rigolé.

Et en ce qui concerne les insultes qu'aurait pu proférer Brad Watson à l'endroit de Prust, personne, même Coburn, n'était apparemment assez près de l'action pour les entendre.

Un congé qui fait du bien

Si les joueurs du Canadien devront profiter des deux jours séparant les matchs deux et trois pour retrouver le contrôle de leurs émotions, ceux du Lightning les utiliseront pour remplir le réservoir d'énergie.

«Contre les Red Wings, nous avons eu le dos au mur lors des matchs six et sept. Au terme de cette série, je me disais que j'aurais préféré que mon équipe bénéficie de quelques jours de congé avant d'affronter le Canadien, a raconté Jon Cooper, l'entraîneur du Lightning. Finalement, ce rapide retour dans l'action a bien tourné pour nous. Cependant, ces deux journées de congé sont grandement bienvenues. Nous avons besoin d'une pause pour récupérer mentalement et physiquement.»

Avec Bishop en grande forme, l'attaque massive qui a explosé et le retour de Steven Stamkos sur la feuille de pointage, les représentants de la Floride sont en bonne position pour éviter que cette série ne s'étire trop longtemps.