Canadiens

Accrochage Prust-Watson : Auger est sceptique

Publié | Mis à jour

L’ancien arbitre de la LNH Stéphane Auger doute fortement que son ex-collègue Brad Watson ait insulté Brandon Prust, des Canadiens, dans le match de dimanche soir contre le Lightning.

«Brad Watson, c’est un des meilleurs arbitres de la Ligue, ça fait huit finales qu’il fait, alors tu ne te rends pas à ce niveau d’arbitrage là en faisant des choses comme ça», a indiqué Auger, après le match que les Canadiens ont perdu 6-2.

Selon Prust, Watson l’a insulté vertement lors de la première période, après que le joueur du CH eut fait savoir à l’arbitre qu’il était en désaccord avec la pénalité qu’il venait de lui décerner.

«Il est venu me voir au banc et m’a traité de tous les noms. Il m’a traité de tas de vous savez quoi, de salopard («motherfucker») et de lâche», a affirmé Prust dans le vestiaire des siens, après la rencontre.

Prust a aussi écopé d’une pénalité de conduite antisportive sur la séquence, probablement en raison de ce qu’il a dit à Watson.

Pour Stéphane Auger, il est peu probable que Watson ait lancé ces insultes au joueur des Canadiens.

«Personnellement, j’ai beaucoup de difficulté à croire que les propos que Prust a rapportés ont été dits», a soutenu l’ancien officiel.

«Dans ce cas-là, la procédure (par Watson) a été faite comme il faut, a observé Auger. On l’a vu sur la glace. Moi, j’étais en haut et je l’ai vu directement, et je me suis dit "il va l’avoir, il va l’avoir", parce que tu voyais que l’arbitre lui donnait de la corde (...) mais il (Prust) a décidé de traverser la ligne.»

«Si le joueur continue, un moment donné, tu n’as pas le choix. Tu es l’autorité dans la partie, tu essaies d’éviter les confrontations,  tu essaies de communiquer avec les joueurs. Dans ce cas-ci, j’imagine que Brandon Prust a décidé de ne pas arrêter.»

L’ancien arbitre estime que beaucoup de choses peuvent se dire dans le feu de l’action, car les joueurs sont parfois émotifs. Prust, entre autres, «a beaucoup de fougue», a estimé Auger. Cependant, joueurs et arbitres parviennent généralement à s’expliquer plus tard dans le match, quand la poussière est retombée.

Auger reste cependant dubitatif dans ce cas-ci.

«J’aurais beaucoup de difficulté, connaissant la carrière de Brad Watson, de croire que quelque chose comme ça s’est dit», a-t-il réitéré.