LNH

«Je n’ai pas à me plaindre» - Kucherov

Publié | Mis à jour

Il a dû s’y prendre par deux fois, mais Nikita Kucherov est parvenu à donner la victoire au Lightning de Tampa Bay, vendredi soir, en deuxième prolongation.

«Brian Boyle a fait tout un jeu dans le coin de la patinoire. Valtteri Filppula a réussi à me refiler la rondelle en la passant entre quelques joueurs du Canadien [de Montréal]. Il ne me restait plus qu’à tirer au filet», a décrit le héros du match.

Sans doute parce que l’issue de la rencontre est allée en leur faveur, les joueurs du Lightning n’ont pas trop fait de cas du filet refusé à ce même Kutcherov, dans les premiers instants de la première période supplémentaire.

«Je n’ai pas à me plaindre, on a gagné, a lancé l’attaquant russe. Je ne prends pas ce but comme le retour du balancier pour celui qui a été refusé. Tout ce que je voulais, c’est de diriger des tirs au filet.»

Même Jon Cooper, qui n’en revenait pas au moment où l’arbitre Eric Furlatt a rendu son verdict, a tenu des propos plus que modérés au terme de l’affrontement.

«C’est la définition même de l’ironie, a-t-il indiqué en amorçant son point de presse. J’ai regardé la reprise quelques fois. Carey Price a fait un gros arrêt. Il a bougé rapidement, il n’a pas été capable d’arrêter. Ceci dit, Kucherov lui a nui dans son déplacement, alors je me dois d’être en accord avec la décision de l’arbitre.»

Un cadeau de Bishop

Les deux équipes n’auraient pas fait veiller les partisans aussi tard si Ben Bishop n’avait pas accordé un but faible à Max Pacioretty.

Bishop lui-même avait de la difficulté à expliquer ce qui s’est produit sur la séquence.

«C’est étrange. On dirait que la rondelle est entrée dans sa mitaine avant de rebondir, a souligné Cooper. Cependant, Ben fut à la hauteur toute la soirée. Il a été meilleur à mesure que le match avançait. D’ailleurs, il a remis la glissade à deux jambière au goût du jour avec son arrêt sur Tomas Plekanec.»

«Il fallait que je sois patient. Pacioretty a fait tout un jeu. J’ai dû faire vite pour me déplacer. Honnêtement, j’ai joué un peu de chance là-dessus», a admis le gardien à propos de cette séquence.

Malgré la fatigue

Mine de rien, le Lightning est parvenu à sortir victorieux de ce marathon malgré seulement 48 heures de repos.

«Seulement deux jours de repos, c’est difficile, mais nous étions en forme et prêts pour ce match. Parfois, c’est aussi difficile de renouer avec l’action après avoir obtenu un repos de quatre ou cinq jours», a fait valoir Alexander Killorn.

«Entre les périodes, nous nous sommes assurés de rester hydratés. Nous avons ingurgité beaucoup de nourriture et bu beaucoup d’eau. Par chance, le match ne s’est pas étiré plus longtemps», a soutenu Bishop.