LNH

Aucun changement devant le filet

Publié | Mis à jour

Les Blackhawks de Chicago et le Wild du Minnesota miseront sur leur gardien régulier à l’occasion du deuxième match de la demi-finale de l’Association de l’Ouest, dimanche.

Le premier duel opposant les deux clubs s’est déroulé en montagnes russes, la formation de l’Illinois prenant une avance de 3-0 en première période avant de voir ses rivaux créer l’impasse au deuxième vingt. Finalement, Teuvo Teravainen a tranché avec moins d’une minute à écouler au tiers médian, de sorte que Chicago l’a emporté 4-3.

Malgré des performances irrégulières, le Québécois Corey Crawford a obtenu la faveur de son entraîneur-chef Joel Quenneville.

«Ce genre de mésaventure nous a déjà touchés, a mentionné sur le site NHL.com l’homme masqué à propos de la remontée du Wild. On a été capable de traverser plusieurs épreuves et après les avoir laissés revenir dans la partie, on a pu reprendre le contrôle et jouer notre style. Personne ici n’était préoccupé, on voulait seulement continuer de travailler fort.»

Aussi, le pilote des Hawks aurait pu demander à Scott Darling de remplacer le numéro 50 après que le Minnesota eut créé l’impasse. Toutefois, il a choisi de laisser son numéro 1 entre les deux poteaux.

«Bien, le pointage était égal, a répondu Quenneville quand il a été interrogé à savoir pourquoi il n’avait pas effectué de substitution. On a pris un temps d’arrêt, ce qui a ralenti le jeu. Le rythme a changé. Je crois que le but en avantage numérique (inscrit par Zach Parisé) leur a donné de la vie et ils ont marqué peu après. (...) Les rondelles entraient dans le filet des deux côtés et on n’était pas habitué à cela.»

Dubnyk veut se ressaisir

Chez le Wild, Devan Dubnyk souhaite reproduire le scénario de la série de premier tour contre les Blues de St. Louis. L’ancien membre de l’organisation du Canadien de Montréal avait rebondi après un piètre départ, bloquant 66 des 68 tirs auxquels il a fait face pendant les deux derniers affrontements de la confrontation.

«Le sentiment n’est pas bon, mais en même temps, vous voulez seulement remporter la prochaine joute, a-t-il dit. Vous devez garder la tête froide et faire quelques beaux arrêts. Nous étions, moi compris, tous excités à l’idée de commencer sa série et ç’a paru au début. Tout ce qu’on peut faire est de freiner la mauvaise séquence et de gagner.»

Pour sa part, l’instructeur du Wild, Mike Yeo, a précisé que Dubnyk n’a été guère appuyé par sa défensive, surtout au premier engagement.

«C’est pour cela que je ne l’ai pas remplacé. Ce n’était pas de sa faute sur la plupart des buts et même au début de la deuxième, la décision me semblait appropriée.»