Canadiens de Montréal

«Les bonnes épices» de Therrien

Publié | Mis à jour

Dans une vie antérieure, Michel Therrien était possiblement un grand chef cuisinier. Quand il ne parle du bon équilibre dans sa salade de fruits, il fait allusion à un changement d’épices pour décrire ses récentes combinaisons en avantage numérique.

Depuis le jour un de la saison, les déboires de l’avantage numérique restent un sujet récurrent. Le Canadien n’a pas redoré sa fiche lors du premier tour des séries. En six matchs face aux Sénateurs, le Tricolore a marqué un seul but en 20 occasions pour un très maigre 5% de réussite.

À quelques heures du premier match contre le Lightning de Tampa Bay, Therrien a changé ses unités en avantage numérique. À la pointe, il a misé sur un duo de deux droitiers en P.K. Subban et Jeff Petry. Pour la deuxième vague, Lars Eller se retrouve maintenant à l’aile gauche avec David Desharnais et Pierre-Alexandre Parenteau.

«On veut changer les ingrédients de la recette, parce que présentement, ça ne se vend pas, a expliqué l’entraîneur en chef. On change les épices. Ça ne peut pas être pire!»

Therrien songeait depuis un certain temps à réunir Subban et Petry afin de mieux exploiter le puissant tir frappé sur réception du numéro 76.

«C’est toujours quelque chose que tu mijotes, pour rester dans le même thème, a-t-il lancé avec le sourire. Quand les succès tardent à venir, il faut tenter des choses et c’est pourquoi on va voir différentes combinaisons. Ça ne veut pas dire que Markov et Subban ne seront pas ensemble.»

À cinq contre cinq, Andreï Markov et Subban formeront toujours le premier de défenseurs. Cette réalité compliquera parfois la vie de Therrien pour son avantage numérique puisqu’il devra également doser l’aspect fatigue.

Devenir moins prévisible

Depuis le début des séries, Eller n’a pratiquement pas touché la glace en supériorité numérique. Son temps de jeu moyen sur le jeu de puissance se résume à 15 secondes par match. Visiblement, le rôle du Danois devrait changer face au Lightning.

À sa sortie d’un entraînement matinal, Eller a parlé de la nécessité de devenir moins prévisible en avantage numérique.

«Je ne sais pas ce qu’on a dit au sujet de notre avantage numérique, mais j’imagine qu’un peu tout le monde a son opinion ou ses idées, a affirmé Eller. Je vais dire ceci. Plus tu es imprévisible pour les joueurs en désavantage numérique, plus tu deviens menaçant et dangereux. Nous tenterons donc de devenir plus imprévisibles. Mais, ça se résume souvent à une meilleure exécution. »

Alex Galchenyuk est le grand perdant de la promotion à Eller. Le jeune centre de 21 ans a perdu sa place sur l’une des deux unités en avantage numérique.

«On essaie différentes choses, a rappelé Therrien. C’est pourquoi on a changé certains joueurs, on espère obtenir une meilleure chimie. »

Une équipe redoutable

Pour une deuxième journée d’affilée, Therrien a envoyé des fleurs au Lightning.

«Ils peuvent marquer plusieurs buts, ils ont de bons défenseurs et (Ben) Bishop est un bon gardien. Est-ce qu’ils ont des faiblesses? Nous n’arrivons pas à en trouver. Ils ont vraiment une bonne équipe.»

Formation des Canadiens à l'entraînement

Max Pacioretty - Tomas Plekanec - Brendan Gallagher
Alex Galchenyuk - David Desharnais - Dale Weise
Brandon Prust - Lars Eller - Pierre-Alexandre Parenteau
Jacob de la Rose - Torrey Mitchell - Devante Smith-Pelly

Andrei Markov - P.K. Subban
Alexei Emelin - Jeff Petry
Tom Gilbert - Greg Pateryn

Carey Price

Formation du Lightning à l'entraînement

Alex Killorn - Steven Stamkos - Ryan Callahan
Ondrej Palat - Tyler Johnson - Nikita Kucherov
Brian Boyle - Valtteri Filppula - Cédric Paquette
Brenden Morrow - Vladislav Namestnikov - J.T. Brown

Victor Hedman - Anton Stralman
Jason Garrison - Braydon Coburn
Matt Carle - Andrej Sustr

Ben Bishop