Canadiens de Montréal

Le discours du négligé

Publié | Mis à jour

Sur le strict plan des statistiques, le Lightning de Tampa Bay a malmené le Canadien de Montréal cette saison. Il n’y a pas juste les cinq victoires en cinq matchs. Il y a aussi les 21 buts marqués contre seulement huit buts accordés et les 191 tirs contre 120.

À la veille de l’ouverture de cette série, Michel Therrien a frappé sur le même clou, celui de l’équipe négligée.

«On est très conscients de notre fiche contre le Lightning, a rappelé Therrien en conférence de presse. Pour le deuxième tour, on est probablement la seule équipe avec l’avantage de la glace qui est négligée. On affronte une puissance offensive, il s’agira d’un immense défi. Par expérience, on est toutefois tous conscients que les séries représentent une nouvelle saison.»

Dans une sorte de jeu psychologique, Therrien a sorti la carte de l’équipe négligée, possiblement dans l’espoir de retirer de la pression des épaules de ses joueurs.

Devant une dizaine de caméras et une trentaine de journalistes, il voulait se faire le plus convaincant possible.

«On est négligé depuis je vous dirais le premier match préparatoire, a-t-il dit. On s’entend pour dire que c’est un groupe qui a subi plusieurs critiques. Mais, c’est un groupe qui se relève toujours, c’est un groupe persévérant.

«J’apprécie beaucoup le caractère de mon équipe, elle trouve des façons de gagner. On a fait face à l’adversité plusieurs fois cette saison. On a quand même gagné 50 matchs. Il n’y a rien de nouveau pour nous. C’est cette réalité depuis le début de l’année. À l’interne, il s’agit d’une belle source de motivation.»

Si le CH n’a pas encore obtenu la notoriété désirée, cette équipe n’a tout de même rien du petit David devant Goliath avec ses 113 points, soit le deuxième meilleur dossier de la LNH. Et il y a aussi le facteur Carey Price. Et P. K. Subban. Et Max Pacioretty.

À son tour, Jon Cooper rappellera possiblement que le Tricolore forme une équipe redoutable et que le Lightning n’a absolument rien du statut de favori incontesté. C’est la typique bataille mentale des séries.

Un seul match de moins...

Toujours dans son objectif de s’éloigner de l’équipe favorite, Therrien a balayé du revers de la main la notion du repos. Victorieux des Red Wings de Detroit 2-0 lors du septième match à Tampa, le Lightning amorcera sa série contre le Tricolore avec une seule journée de pause. À l’inverse, le CH n’a pas joué depuis son triomphe de 2-0, dimanche, à Ottawa.

«Ah, on a joué six matchs, ils en ont joué sept, ça fait juste un match de plus», a répondu l’entraîneur0-chef lorsque questionné sur ce sujet.

Max Pacioretty et David Desharnais ont cependant tenu des discours différents.

«C'est certain que lorsque tu analyses froidement la situation, tu peux penser que nous avons un avantage, a souligné Pacioretty. Cependant, nous sommes en séries éliminatoires. Et en séries éliminatoires, peu importe l'essence qui reste dans le réservoir, une équipe trouve une façon de puiser au fond de ses ressources.»

«Le voyage entre aussi en ligne de compte, a renchéri Desharnais. Nous, on avait seulement qu'à voyager en train. Pour eux, les déplacements étaient un peu plus compliqués.

«Dans une série de sept matchs, on dépense beaucoup d'émotions et d'énergies. Si notre série s'étire jusqu'à la limite, ça pourrait faire la différence en notre faveur. À l'inverse, pour le premier match, ils vogueront sur l'adrénaline.»

Le point de presse de Michel Therrien - TVA Sports