Canadiens de Montréal

Un avantage numérique anémique

Publié | Mis à jour

Les Canadiens de Montréal se sont qualifiés dimanche pour le deuxième tour des séries, mais ont de nouveau connu des ennuis en avantage numérique.

Les hommes de Michel Therrien ont inscrit un seul petit but en supériorité en 20 opportunités au cours de sa série de premier tour face aux Sénateurs d’Ottawa.

Un pourcentage d’efficacité de 5 % bon pour le 15e rang des équipes qualifiées pour le grand bal du printemps avant la fin de la rencontre entre les Red Wings de Detroit et le Lightning de Tampa Bay.

Les Pedators de Nashville, éliminés en six matchs par les Blackhawks de Chicago, ont dominé les équipes à ce chapitre avec un pourcentage d’efficacité de 27,3 %.

C’est à se demander si une puissante attaque massive est un facteur déterminant pour remporter les grands honneurs.

«Au cours des dernières années, les Blackhawks, les Kings, les Bruins ont soulevé la coupe Stanley même si leur avantage numérique ne fonctionnait pas, a souligné Louis Jean, expert hockey pour la chaîne TVA Sports, lors de l’émission «Destination Coupe Stanley».

«C’est un facteur important, mais est-ce que c’est crucial ou déterminant? Peut-être pas.»

Le Tricolore est en panne sèche en supériorité numérique, mais ce problème a aussi été récurrent en saison régulière.

«Ce n’est pas un manque d’effort, ce n’est pas un manque de talent, mais si on regarde les autres formations en séries, plusieurs ont aussi été incapables de produire offensivement.»

Les Canadiens ont éliminé les Sénateurs dimanche en vertu d’une victoire de 2-0 lors du sixième match de la série.