Sénateurs

«On sait qu’on peut le faire» - Méthot

Publié | Mis à jour

Après être passés à une période de se retrouver en vacances, les joueurs des Sénateurs d’Ottawa croient plus que jamais en leurs chances de remporter cette série.

«Je ne veux pas paraître trop confiant ou complaisant, mais, maintenant, on sait qu’on peut le faire (remporter la série), a lancé Marc Méthot, rencontré, samedi matin, dans les corridors du Centre Canadian Tire. Dorénavant, la pression est sur leurs épaules. Ils doivent commencer à être un peu nerveux.»

«On a remporté deux matchs de suite, ce qui nous donne un certain momentum. En plus, on s’en vient à la maison pour le sixième match», a poursuivi le défenseur.

Geste de frustration

Si la troupe de Dave Cameron se sent si en contrôle, c’est qu’elle est persuadée avoir décelé un certain vent de panique dans le camp ennemi.

Selon Méthot, le geste posé par Brandon Prust aux dépens de Craig Anderson, dans les derniers instants du cinquième match, démontre bien que les Montréalais sont soudainement moins à l’aise.

«Ça se peut que les joueurs du Canadien soient frustrés, ce qui n’excuse pas le geste. J’ai joué avec Prust dans le junior (à London). C’est un bon gars et un bon coéquipier. Mais, dans notre ligue, ce n’est pas acceptable de frapper un gardien comme ça», a indiqué le numéro 3 des Sénateurs, en précisant, encore une fois, que la victoire était plus importante que l’esprit de vengeance.

Un mal pour un bien

Habitués d’avoir le dos au mur, les représentants de la capitale fédérale ont traversé cette autre tempête avec un calme déconcertant. Un état d’esprit rendu possible grâce à la poussée de deux mois qu’il leur a permis de combler l’écart de 14 points qui les séparait d’une place en séries éliminatoires.

«Ces deux mois nous ont préparés à vivre l’épreuve que l’on traverse présentement. Notre équipe compte beaucoup de jeunes, alors cette remontée fut bénéfique pour leur apprentissage», a fait valoir le défenseur.

Encore dans le trou

En tant que vétéran et en tant que gardien qui semble avoir le contrôle de la situation, Anderson a rappelé qu’il ne fallait pas s’emballer trop vite.

«Souvent au cours de la saison, nous avons réussi à nous sortir du pétrin. Encore une fois, nous avons creusé notre trou en perdant les trois premières rencontres. Et, à ce que je sache, nous n’en sommes pas encore tout à fait sortis», a-t-il déclaré avec sagesse.

Parions qu’il tentera de passer le même message à ses coéquipiers au cours des prochaines heures.