New York Rangers - Pittsburgh

Le brio de Fleury n’a pas suffi aux Penguins

Publié | Mis à jour

En dépit des prouesses du gardien Marc-André Fleury, les Penguins de Pittsburgh ont subi une autre élimination aux mains des Rangers de New York, vendredi.

Le Québécois a été solide dans chacune des cinq rencontres, bloquant 139 des 150 tirs dirigés vers lui.

«Fleury nous a donné une chance légitime de gagner à chaque match, a rappelé le joueur de centre Brandon Sutter après l’élimination des siens. Si nous avions une baisse de régime, il était là pour nous aider à remonter la pente. Il a été exceptionnel, comme il le fut toute l’année. Il mérite beaucoup de crédit pour ce qu’il a accompli.»

«Tout ce qui est importe, c’est de gagner, a affirmé le principal intéressé. Je fais partie de l’équipe et je tente seulement de faire mon travail le mieux possible. C’est toujours difficile de perdre.»

Grâce à ses performances, le natif de Sorel a peut-être réussi à faire oublier ses récents déboires en séries. Fleury avait conclu ses quatre derniers parcours éliminatoires avec un taux d’efficacité sous la barre psychologique des ,900.

C’est plutôt l’attaque qui a fait défaut pour la troupe de Mike Johnston. Les Penguins n’ont inscrit que huit buts en cinq sorties, Evgeni Malkin n’a pas obtenu un seul point de la série et l’avantage numérique n’a fourni que deux filets en 13 occasions.

«Notre jeu de puissance aurait pu en faire un peu plus, a reconnu le capitaine Sidney Crosby. En général, l’avantage numérique fonctionne moins bien en séries qu’en saison régulière. À plusieurs occasions, nous aurions eu besoin d’un but opportun en supériorité numérique.»

L’an dernier, les deux rivaux de la section Métropolitaine s’étaient rencontrés au second tour, les «Blue Shirts» l’emportant en sept parties.