Canadiens de Montréal

Desharnais lance une pointe à Anderson

Publié | Mis à jour

Craig Anderson a gagné deux de ses trois départs dans cette série, il n’a accordé que trois buts et il a bloqué 120 des 123 tirs du Canadien de Montréal pour un ahurissant taux d’efficacité de ,976. Mais, ce n’est pas assez pour ébranler la confiance du Canadien de Montréal.

À la veille du sixième match, et après deux revers d’affilée, David Desharnais a offert la citation du jour.

«Sans rien enlever à Anderson, on a beaucoup plus confiance en notre gardien [Carey Price] qu’eux», a mentionné Desharnais, samedi, au lendemain d’une défaite de 5-1.

«Oui, les Sénateurs ont une bonne équipe, mais on les a battus trois fois et on peut encore le faire, a poursuivi le petit joueur de centre. On est encore dans le siège du conducteur. Que tu perdes un match 14-2 ou 2-1, c’est la même chose. On a perdu le cinquième match et il faut passer au suivant.»

Si Dave Cameron a eu la main magique en remplaçant Andrew Hammond par Anderson pour la troisième rencontre de cette série, Dale Weise refuse de croire que l’Américain de 33 ans déconcentre mentalement le CH.

«Je ne pense pas, a répondu Weise. De toute façon, nous ne sommes pas une équipe qui marque plusieurs buts depuis le début de l’année. Les gardiens ne peuvent donc pas rentrer dans notre tête. C’est la meilleure réponse possible. Les gardiens n’ébranlent pas notre confiance. Je dirais que pratiquement tous les gardiens ont eu notre numéro cette saison!»

«Je sais que nous finirons par marquer, a enchaîné le héros du troisième duel. Nous devons empêcher Anderson de voir la rondelle et foncer au filet pour récupérer des retours.»

Générer plus de trafic

Auteur d’un seul but à ses quatre premières parties depuis une mystérieuse blessure au haut du corps, Max Pacioretty a également parlé de l’impact d’Anderson.

«Les Sénateurs ont misé sur de bons gardiens depuis la fin de la saison, a-t-il rappelé. Nous nous attendions à affronter un gardien dominant, peu importe celui qui devait se retrouver devant le filet. Anderson est fantastique depuis trois matchs. Mais nous n’avons pas à nous soucier de cette réalité, nous préférons nous concentrer sur notre jeu.»

«Si nous décochons encore plus de 40 tirs, j’espère qu’il finira par craquer, a-t-il enchaîné. La clé sera de lui cacher la vue et de foncer au filet pour récupérer des retours.»

Une source de motivation

Très souvent cette saison, on décrivait le Canadien comme une équipe dont les succès reposaient sur les épaules un seul joueur, Carey Price. L’homme masqué a souvent changé la donne avec des sorties spectaculaires.

Quand un collègue a rappelé cette réalité à Pacioretty, le numéro 67 a semblé piqué au vif.

«Je n’écoute pas trop ce qu’on peut dire à l’extérieur de cette chambre, mais si ça peut nous servir de motivation, c’est tant mieux, a-t-il affirmé. Carey nous a sortis du pétrin tellement de fois cette saison. C’est maintenant à notre tour de lui rendre la faveur. L’attaque doit en faire plus. C’est difficile de marquer contre Anderson, mais nous avons toujours trouvé des solutions pour déjouer de bons gardiens. Nous devrons le faire encore.»