Crédit : AFP

Sénateurs

Le retour d'Alex Chiasson

Publié | Mis à jour

Bien que satisfait du travail effectué par Chris Neil lors du quatrième match, Dave Cameron a choisi de réintégrer Alex Chiasson dans la formation.

«Neil a traversé une longue période d'inactivité. C'est peut-être un peu trop demander que de le faire jouer lors de deux matchs consécutifs. Alex va nous donner plus de rythme», a expliqué Cameron.

À l'entraînement matinal, le grand attaquant patrouillait la droite du quatrième trio, complété par Milan Michalek et Zack Smith.

«Ce n'est jamais facile d'être laissé de côté, mais tu prouves ta détermination en demeurant plus longtemps sur la glace après les entraînements. D'autres joueurs ont connu cette situation cette saison et ils n'ont pas hésité à démontrer leur soutien à l'équipe. C'était à mon tour de le faire», a fait valoir l'athlète de Lorraine.

C'est la seule modification que l'entraîneur des Sénateurs d’Ottawa apportera à sa formation. Même s'il n'a pas pris part à l'entraînement matinal, Erik Karlsson sera à son poste vendredi soir.

Stone en nomination

Une quinzaine d'heures après avoir appris que son nom avait été retenu au sein du trio de finalistes pour l'obtention du trophée Calder, Mark Stone paraissait encore un peu surpris.

«Si vous faites le tour de la ligue, vous constaterez que plusieurs recrues ont connu une excellente saison. Filip Forsberg est l'un d'eux et, pourtant, son nom n'apparait pas parmi les finalistes. Ça me rend vraiment fier», a indiqué l'athlète de 22 ans.

Si Stone a coiffé Forsberg au fil d'arrivée, c'est en grande partie en raison de sa fin de saison. À compter du 10 février, il a récolté 14 buts et 21 aides en 31 matchs. Le jeune homme attribue ses succès à la confiance que Cameron a placée en lui.

«On m'a donné l'occasion de jouer sur les deux premiers trios et j'ai obtenu plus de temps de jeu en supériorité numérique», a-t-il déclaré.

Il semble donc que Cameron ait vu en son jeune joueur des qualités que son prédécesseur, Paul MacLean, congédié le 8 décembre, n'avait pas vu.

«En fait, tout le mérite revient à Stoner. On savait que sa tête et son maniement de rondelle étaient de calibre de la LNH. Il restait à voir si ses pieds étaient en mesure de suivre. Il est demeuré à Ottawa l'été dernier et il a travaillé très fort pour s'améliorer», a vanté Cameron.

Advenant que Stone remporte cet honneur, il deviendrait le deuxième joueur de l'histoire des Sénateurs à graver son nom sur ce trophée. Daniel Alfredsson avait été élu recrue de l'année en 1996.