Canadiens de Montréal

«L'instinct du tueur»

Publié | Mis à jour

Le bon vieux cliché dit qu’on ne touche pas à une formule gagnante. Malgré un premier revers dans cette série, Michel Therrien misera sur la même formation pour ce cinquième match contre les Sénateurs, ce vendredi soir, au Centre Bell.

«Il n’y a pas de raison de faire des changements, a dit Therrien en conférence de presse. Au cours des deux derniers matchs à Ottawa, nous avons marqué deux buts et les Sénateurs en ont marqué deux. Nous avons gagné un match et ils ont gagné une rencontre. C’est excessivement serré.»

Pierre-Alexandre Parenteau regardera donc un quatrième match d’affilée de la passerelle de presse. Manny Malhotra, Sergeï Gonchar, Mike Weaver seront également laissés de côté.

Greg Pateryn, quant à lui, remplacera encore une fois Nathan Beaulieu qui est blessé au haut du corps.

Terminer le boulot

Pour une deuxième fois, le CH aura l’occasion d’accéder au deuxième tour. Avec une avance de 3-1 dans cette série, les Max Pacioretty et Andreï Markov ont tenu un discours semblable à quelques heures de la rencontre.

«Nous devons avoir l’instinct du tueur pour ce cinquième match, il ne faut pas offrir une autre chance de survie aux Sénateurs», a rappelé Pacioretty.

«Quand tu as la chance de finir le travail, tu dois le faire, a renchéri Markov. Nous devons jouer notre meilleur match et suivre notre plan. Les Sénateurs n’abandonneront pas.»

Aux dires de Markov, l’entrée en scène de Craig Anderson depuis le troisième match n’a pas changé cette série.

«Il y a plusieurs bons gardiens dans la LNH, a mentionné le Russe. Je ne crois pas qu’il s’agit d’un gros changement, je préfère me concentrer sur notre propre jeu. Peu importe le gardien, il faut avoir du trafic devant son filet pour lui compliquer la vie. Ce n’est pas facile de marquer, encore moins en séries. Parfois, il faut réussir des buts affreux.»

Le jeu de puissance

S’il y a une facette du jeu que Markov aimerait améliorer rapidement, c’est bien l’avantage numérique. En quatre matchs, le CH a touché la cible une seule fois en 16 occasions (6,25%).

«Vous savez quoi, il n’y a pas de doute que notre avantage numérique doit être meilleur, a-t-il dit. Nous ne sommes pas heureux de notre jeu en supériorité numérique, mais nous devons rester positifs.»