LNH

«Nous ne voulons pas que ça se termine» – Stone

Publié | Mis à jour

Les Sénateurs le répétaient depuis la fin du troisième match. Ils se battront jusqu’à la dernière seconde, c’est l’identité même de cette formation.

«Nous le disons depuis longtemps, nous jouons pour notre survie depuis plusieurs semaines, a rappelé l’ailier Mark Stone. Ce n’est rien de nouveau. Nous ne voulons pas que ça se termine. Nous chercherons à nous battre jusqu’à la fin. Nous avons réussi à survivre un jour de plus.»

«On joue avec l’énergie du désespoir, a renchéri le centre Jean-Gabriel Pageau. C’est notre mentalité depuis deux mois. On ne sait pas si on va gagner la série, mais on sait qu’on se battra.»

Pageau a attribué en grande partie cette victoire à celui qui porte les grosses jambières et un masque.

«Comme je l’ai déjà dit, Craig Anderson a vraiment été superbe, a expliqué le ¬numéro 44. On peut juste le remercier.»

À son deuxième départ depuis le début de cette série, Anderson a encore une fois offert une très bonne prestation.

«J’adore ça quand c’est zéro à zéro longtemps pendant un match, a affirmé l’Américain de 33 ans. Comme gardien, tu ne veux pas d’un résultat de 5-4 après 30 minutes. Carey Price voyait également très bien la rondelle, c’était un bon duel. Pour le battre, nous avions besoin d’un très beau jeu.»

Gros but

Dans un autre coin du vestiaire, Mike Hoffman parlait avec son calme habituel même s’il venait de marquer quelques minutes plus tôt son premier but de sa jeune carrière en séries.

«C’est l’un de mes plus gros buts depuis mes débuts chez les professionnels, a souligné Hoffman. Quand tu marques un but en séries, c’est toujours un moment spécial. Un but gagnant, c’est encore mieux. Et quand tu déjoues un des meilleurs gardiens du monde, c’est la ¬cerise sur le sundae.»

Hoffman, qui jouait au sein du quatrième trio depuis le début de cette série, a fini le match à l’aile gauche en compagnie de Mika Zibanejad et de Bobby Ryan.