Canadiens

Les Sénateurs survivent... pour le moment

Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Pour la quatrième fois en autant de matchs depuis le début de la série opposant le Canadien de Montréal aux Sénateurs d’Ottawa, l’issue de la rencontre fut déterminée par un seul but. Sauf que cette fois, ce fut à l’avantage des Sénateurs.
 
Mike Hoffman a inscrit le seul but du match, à mi-chemin du troisième engagement, pour procurer un gain de 1-0 aux représentants de la capitale fédérale, mercredi, au Centre Canadian Tire.

À VOIR :

BUT | Les Sénateurs ouvrent la marque pour une 4e fois de suite

Allumé, ce Carey!

Stone se venge sur Weise

Pateryn coupé à l'oeil

Avec son premier but des présentes séries, Hoffman a permis aux siens d’éviter l’élimination une première fois.
 
Les Sénateurs tirent toujours de l’arrière, 3-1.
 
Craig Anderson a été parfait sur 28 lancers, enregistrant son premier jeu blanc depuis le 17 décembre.
 
Sortie de zone avortée
 
Conscients qu’ils devaient limiter les erreurs pour espérer l’emporter et ainsi sauver une première fois leur saison, les Sénateurs ont opté pour une approche différente de celle qu’ils avaient adoptée au cours des trois premiers matchs.
 
Au lieu de se commettre en jouant des bras et en essayant de frapper tous les joueurs du Canadien, les hommes de Dave Cameron ont patiemment attendu que le Tricolore commette des erreurs.
 
Cette erreur, ce fut une sortie de zone ratée de Tom Gilbert et interceptée par Cody Ceci.
 
«J’ai essayé de faire sortir la rondelle en l’envoyant dans la baie vitrée. Elle a frappé une tige, ce qui a ralenti sa course», a expliqué le défenseur.
 
Il faut dire que Gilbert, un droitier jouant à gauche, a dû effectuer ce jeu à partir du revers de son bâton, ce qui lui a un peu compliqué la tâche.
 
Tout près d’un vol
 
Le Canadien a obtenu sa part d’occasions de marquer, mais ce sont les Sénateurs qui ont été les plus dangereux autour du filet.
 
Carey Price s’est particulièrement illustré à compter du second engagement. Entre autres, il a stoppé un tir de Clarke MacArthur dont il n’avait probablement pas vu l’origine.
 
Quelques instants plus tard, il a frustré Kyle Turris qui croyait bien avoir aperçu une ouverture du côté de la mitaine.
 
Et que dire des trois arrêts effectués coup sur coup contre Mika Zibanejad et Ceci.
 
D’ailleurs, jusqu’au but d’Hoffman, on se demandait si l’athlète originaire de la Colombie-Britannique n’était pas sur le point de voler son premier match de la série.
 
Une occasion en or
 
L’histoire aurait pu être fort différente si Brandon Prust avait réussi à déjouer Anderson.
 
Seul devant lui, alors que le Canadien écoulait une punition, Prust est parvenu à faire bouger le gardien des Sénateurs en premier. Cependant, ce dernier a pu effectuer l’arrêt grâce à un grand écart parfaitement synchronisé.
 
«J’ai manqué d’espace. Quand j’ai réussi à le déjouer, j’étais pratiquement rendu sur la ligne rouge. J’ai également essayé de lever la rondelle, mais j’étais à bout de bras», a expliqué Prust.
 
Le Canadien aurait également été en mesure d’envoyer les Sénateurs en vacances si son attaque massive avait pu convertir l’une de ses trois occasions.
 
Incapable de tirer une seule fois sur Anderson lors de leurs deux premières supériorités numériques, le Tricolore a aidé les Sénateurs à créer le rythme nécessaire pour obtenir quelques occasions de marquer dans la deuxième moitié du premier vingt.
 
Il n’a marqué qu’une seule fois en 16 occasions depuis le début de la série.
 
Le Canadien tentera une nouvelle fois de porter le coup de grâce aux Sénateurs, vendredi, au Centre Bell.