Canadiens de Montréal

Une diversité qui fait du bien

Agence QMI / Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

C’est le monde à l’envers depuis le début des séries éliminatoires chez le Canadien de Montréal.

Durant toute l’année, on s’inquiétait que la production offensive ne provienne habituellement que du même trio. Or, voilà que les joueurs de soutien servent de locomotive depuis une semaine.

Après trois matchs, Torrey Mitchell et Brian Flynn accompagnent P.K. Subban au sommet des pointeurs de l’équipe avec une récolte d’un but et deux aides chacun.

«Pourtant, on ne fait rien de spécial. On s’attarde aux petits détails. En séries, c’est ce qui permet de faire la différence», a indiqué Mitchell, qui compte une expérience de 63 matchs éliminatoires, dont 55 avec les Sharks de San Jose.

«Miser sur de la profondeur, c’est primordial en séries. Les équipes qui vont loin sont souvent celles pouvant compter sur la contribution de 12 attaquants et de six défenseurs, a expliqué Brandon Prust, auteur de deux mentions d’aide. C’est important, car cela enlève un peu de pression sur les épaules des meilleurs trios et leur permet d’avoir un peu de répit.»

La chimie des plombiers

Jusqu’à maintenant, cette opinion se vérifie de nouveau cette année. Le Canadien doit deux de ses trois victoires aux succès de son quatrième trio.

Si on fait exception du deuxième match, les plombiers du Tricolore ont inscrit quatre des six buts de l’équipe.

La chimie semble donc opérer au sein de ce groupe de joueurs reconnus pour laisser leur coeur sur la patinoire.

«Jouer avec des gars comme Flynn, Mitchell et Weise, c’est facile, car nous savons où nous trouver sur la glace. Nous nous parlons constamment et nous gardons les choses simples», a décrit Prust.

En appui à Carey Price

Autre fait particulier: le Tricolore a remporté trois matchs où Carey Price n’a pas été choisi une seule fois parmi les trois étoiles.

Ce n’est pas rien considérant que Price a survolé le classement de la Coupe Molson toute la saison.

«Tout le monde sait ce que Carey a fait pour cette équipe. Donc, c’est bien de pouvoir gagner quelques matchs sans qu’il ait à effectuer 50 arrêts», a souligné Mitchell.

Cette absence des trois sélections n’empêche pas le gardien du Canadien d’afficher une moyenne de buts alloués de 1,88 et un taux d’efficacité de ,939.

Pourtant, on dit que Price n’a pas encore été aussi spectaculaire qu’en saison régulière. C’est peut-être parce qu'il n’a pas eu à l’être, même s'il a fait face à plus de 30 lancers à chacune des trois premières rencontres.