LNH

Hammond ou Anderson? Le dilemme de Cameron

Publié | Mis à jour

Le Canadien de Montréal aurait-il fait dégonfler le ballon Andrew Hammond suffisamment pour que l’entraîneur des Sénateurs d’Ottawa, Dave Cameron, le sorte de la série?

Assez, en tout cas, pour forcer celui-ci à réfléchir à la situation de ses gardiens.

«Je n’ai pas encore pris de décision à ce sujet, a simplement répondu Cameron lorsqu’interrogé à savoir si Hammond serait de retour devant le filet pour le troisième match de la série, dimanche. Je prendrai une décision en faveur de l’option qui me donnera le plus de chances de gagner.»

Bien que le gardien de 27 ans ait totalisé 74 arrêts en 81 tirs (pour un pourcentage d’arrêts de ,914), Cameron ne semble pas entièrement satisfait de sa tenue.

«Il a joué de la même façon que le reste de mon équipe. Il y a eu quelques bonnes étincelles par moment, mais de façon générale, nous devons être meilleurs», a-t-il expliqué.

Le pilote des Sénateurs songe-t-il vraiment à retirer Hammond au profit de Craig Anderson ou tente-t-il simplement de brouiller les pistes pour la troisième rencontre?

Possiblement rouillé

Il est vrai qu’Hammond a paru faible sur deux des trois buts du Canadien, vendredi soir, mais Cameron peut-il rejeter du revers de la main tout le boulot effectué par cet homme masqué sorti de nulle part? Rappelons qu’au cours des deux derniers mois de la saison régulière, Hammond a maintenu un dossier de 20-1-2.

Au cours de la même période, Anderson a pratiquement raté chaque occasion que Cameron lui a présentée pour le ramener dans la formation, accordant au moins trois buts à chacune de ses quatre sorties et présentant une fiche de 1-2-1.

L’entraîneur se demande s’il serait logique de renvoyer dans la mêlée un Anderson aux prises avec une blessure chronique à la main droite qui n’a pratiquement pas vu d’action depuis le 21 janvier.

«Un synchronisme à point est encore plus important pour un gardien», a souligné l’entraîneur.