LNH

Mark Stone a joué malgré la douleur

Publié | Mis à jour

Après la victoire du Canadien en prolongation, il y avait un énorme attroupement dans le vestiaire de l’équipe adverse devant le casier du numéro 61, Mark Stone. Malgré une microfracture à son poignet droit, l’ailier recrue a agi comme l’un des moteurs de l’attaque des Sénateurs en participant aux deux buts des siens.

«J’ai joué malgré la douleur, c’est tout ce que je peux dire, a résumé Stone après la défaite de 3-2 des siens. Ce n’était pas très beau la nuit dernière, mais je me sentais déjà mieux ce matin (vendredi). J’étais en mesure de jouer. J’ai pris la décision de revenir au jeu. Je me sentais assez bien pour aider l’équipe.»

S’il n’a rien perdu de sa vision du jeu et qu’il a écoulé de précieuses minutes en désavantage numérique, Stone n’a jamais menacé directement Carey Price. Il a terminé la rencontre avec aucun tir au but, aucun tir manqué et aucun de ses tirs n’a été bloqué par un rival.

Questionné sur ce sujet, il a offert une réponse assez vague.

«Ah, je n’ai pas vu une seule ligne de tirs que j’aimais réellement, a expliqué le Manitobain. Je crois que c’est ça l’explication.»

Soupçons injustes

Mark Borowiecki, quant à lui, a choisi de remettre les pendules à l’heure. Il a longuement défendu son coéquipier et bon ami.

«Mark est un guerrier et je suis tanné d’entendre les gens remettre en doute sa blessure, a affirmé le colosse défenseur des Sénateurs. Il n’a jamais exagéré après le coup de Subban et il ne joue pas la comédie. Je le connais depuis longtemps pour avoir joué avec lui à Bingo (Binghamton). Il est l’un des joueurs les plus passionnés que je connaisse. Ça me frustre quand les gens se posent des questions sur son sujet.»

«Il y a des gens qui se demandent s’il est réellement blessé, c’est ridicule, a-t-il poursuivi. Il y a des gens qui disent que ce n’était pas un coup de bâton si violent. Je ne sais pas si ceux qui le critiquent ont déjà reçu un coup directement sur le poignet. Il y a plusieurs experts derrière un ordinateur.

«Il faut aussi du courage pour jouer en désavantage numérique quand tu es blessé. Il y a des joueurs chez le Canadien qui ont de bons tirs. P.K. Subban peut décocher des bombes. Il était sur la glace et Stone n’avait pas peur d’essayer de bloquer des tirs.»