Canadiens de Montréal

Pacioretty peut-être, Parenteau non

Publié | Mis à jour

L'attaquant du Canadien de Montréal Max Pacioretty a de nouveau participé à l'entraînement en compagnie de ses coéquipiers, vendredi matin à Brossard. L'entraîneur Michel Therrien n'a toutefois pu confirmer si son attaquant de puissance allait être en mesure d'affronter les Sénateurs d'Ottawa en soirée.

Si le numéro 67 doit à nouveau manquer à l'appel, le pilote devra effectuer quelques changements de trio puisque Pierre-Alexandre Parenteau, utilisé en compagnie de David Desharnais et Devante Smith-Pelly mercredi, ne pourra participer à la rencontre.

«Il se sent bien et il a eu bon entraînement hier [jeudi], mais je ne peux confirmer s'il va jouer», a mentionné Therrien à propos de Pacioretty lors de son point de presse, ajoutant qu'il n'avait pas encore discuté avec l'équipe médicale.

De son côté, Parenteau est sauté sur la patinoire environ une demi-heure avant ses coéquipiers. Le Québécois a patiné pendant une dizaine de minutes, décochant plusieurs lancers des poignets en provenance du cercle des mises en jeu. Il a ensuite quitté brièvement, avant de revenir pour le début de l'entraînement.

L'ailier a subi une blessure au haut du corps lors du premier affrontement. Son cas sera réévalué sur une base quotidienne.

L'entraînement, qui fut plutôt bref, a été principalement axé sur les entrées en territoire adverse et les surnombres à deux contre un. Les défenseurs ont aussi travaillé le mouvement de la rondelle en zone offensive.

P.K. Subban brillait par son absence, tout comme Torrey Mitchell, Lars Eller, Dale Weise et Desharnais.

Un bon départ

L'avantage de la patinoire peut s'avérer un élément important dans une confrontation aussi serrée. Les joueurs du CH ont semblé transportés par l'énergie de la foule dès la première mise en jeu.

«J'ai bien aimé le fait qu'on soit engagé dès le début du match. On doit être en mesure de le faire à nouveau ce soir [vendredi]», a confié Therrien.

Le Tricolore devra toutefois être plus discipliné et porter une attention particulière au capitaine des Sénateurs, Erik Karlsson. Le Suédois a récolté deux points dans le premier duel, passant près de 25 minutes sur la surface de jeu.

«C'est un joueur important, l'un des meilleurs dans la LNH. On se doit de l'avoir à l'oeil», a souligné le pilote.

«Nous voulons améliorer certains points. Nous n'avons pas aimé accorder trois buts au dernier match [...] nous devrons resserrer notre jeu défensif. Il y a toujours des choses que nous pouvons travailler», a expliqué Nathan Beaulieu.

Du grabuge?

Même si l'instructeur des visiteurs, Dave Cameron, décide d'insérer Chris Neil dans sa formation afin d'intimider le CH, Beaulieu assure que cela ne change rien au plan de match de l'équipe. Frustré au terme de la première partie, Cameron avait mentionné qu'il n'hésiterait pas à envoyer l'un de ses joueurs blesser un membre du Canadien et prendre une pénalité de cinq minutes si Subban n'était pas suspendu pour son coup de bâton à l'endroit de Mark Stone.

«Le jeu demeure le même. Nous n'allons pas laisser un joueur adverse, qui que ce soit, affecter notre style. Il va y avoir des changements au sein de toutes les équipes. Les blessures font partie du sport», a analysé Beaulieu.

«Le ''momentum'' peut changer de côté tellement rapidement. Il y a tellement d'émotions pendant un match. Ce sera difficile, mais c'est important de le garder de notre côté», a-t-il ajouté.

«Il y a eu de nombreux coups d'épaule lors du premier match et je m'attends à la même chose ce soir», a conclu Smith-Pelly, qui en a distribué six au cours de la première rencontre.