Canadiens de Montréal

«Ça ne devrait pas tourner autour de moi» -Subban

Publié | Mis à jour

P.K. Subban n’avait pas rencontré les médias après le premier match contre les Sénateurs d’Ottawa et son désormais célèbre coup de bâton au poignet de Mark Stone.

Le lendemain de son geste, il s’expliquait mal de recevoir une si grande attention.

«L’histoire devrait être beaucoup plus sur les Flynner [Flynn], Mitcher [Mitchell], Prusty [Prust] et nos cinq autres défenseurs, a mentionné Subban. Ils ont joué tout un match et nous avons travaillé très fort. Pour moi, c’est ça la véritable histoire, ça ne devrait pas tourner autour de moi.»

Subban a tenté d’offrir un petit cours de journalisme 101, mais il n’a pas vraiment réussi son coup. Il porte l’uniforme du CH depuis assez longtemps pour connaître parfaitement la réalité d’un marché comme celui de Montréal.

Quand un défenseur étoile se fait expulser d’un match, il s’agit d’une grosse histoire. Quand il blesse l’un des meilleurs joueurs de l’équipe adverse, il s’agit d’une grosse histoire.

Quand Dave Cameron dit que ses joueurs pourraient se venger, il s’agit d’une grosse histoire. Quand Bryan Murray prétend que Subban a menacé à deux reprises Stone avant de le frapper, il s’agit d’une grosse histoire.

Flynn et Mitchell, qui avaient chacun parlé pendant de longues minutes après la victoire de 4-3 face aux Sénateurs, n’étaient pas dans le vestiaire du Tricolore à la veille de la deuxième rencontre.

Vraiment, l’histoire avait pour nom P.K. Subban.