Canadiens de Montréal

Présence incertaine pour Pacioretty mercredi

Agence QMI / Jonathan Bernier

Publié | Mis à jour

Michel Therrien a coupé court aux espoirs des partisans de voir Max Pacioretty revêtir son uniforme pour le coup d’envoi de la série opposant le Canadien de Montréal aux Sénateurs d’Ottawa.

«Je n’ai pas eu de confirmation de l’équipe médicale à propos d’un possible retour au jeu. Normalement, j’aurais obtenu cette confirmation ce matin [mardi]. On va voir demain, mais je serais surpris qu’il soit là», a indiqué l’entraîneur du Canadien.

D’ailleurs, bien que Therrien ait confirmé que l’attaquant américain a reçu le feu vert pour donner et recevoir des mises en échec, Pacioretty est demeuré inactif lors des exercices d’échec avant.

À moins que Therrien ait amorcé une partie de cache-cache avec son homologue Dave Cameron, le meilleur buteur du Canadien se contentera du rôle de spectateur pour cette rencontre initiale prévue ce soir.

Jouer de prudence n’est pas une mauvaise stratégie. Après tout, il ne s’agit que du premier match. Aucune des deux équipes n’est encore dans le pétrin.

L’heure des preuves pour Smith-Pelly

En l’absence de Pacioretty, l’entraîneur du Canadien a délégué Devante Smith-Pelly pour jouer en compagnie de Pierre-Alexandre Parenteau et David Desharnais. Une combinaison qu’il a été possible d’observer au cours des trois derniers matchs de la saison.

«J’adore la façon dont Devante joue depuis deux semaines. Il a plus de rythme et est plus rapide. C’est un joueur costaud, qui joue de façon physique et qui fonce au filet, a énuméré Therrien. En série, tu dois te battre pour chaque pouce de terrain. Il est le type de joueur capable de le faire.»

Au moment de faire l’acquisition de Smith-Pelly, Marc Bergevin avait pris la peine de souligner que cet attaquant avait connu du succès en séries éliminatoires, le printemps dernier, avec les Ducks d’Anaheim.

Avec Parenteau et Desharnais, l’athlète de 22 ans aura l’occasion de démontrer que les cinq buts récoltés en 12 matchs éliminatoires n’étaient pas le fruit du hasard.

Un peu d’art dramatique

L’un des grands clichés du sport veut que les joueurs augmentent leur jeu d’un cran lorsque s’amorcent les séries éliminatoires.

Qu’en est-il du jeu des entraîneurs?

«Les deux équipes seront très bien préparées. On écrit le script, mais ce sont les joueurs qui sont les acteurs principaux. Ce sont eux qui performent et qui se sacrifient», a répondu l’entraîneur.

N’empêche que parfois, les entraîneurs aiment bien ajouter un volet dramatique au scénario. On l’a vu il y a deux ans avec les échanges, par médias interposés, entre Therrien et Paul MacLean, et l’an dernier, avec le fameux «spygate» lors de la série contre les Rangers.

«Je serais surpris qu’il soit là» - Therrien - TVA Sports

Embarquez dans la fièvre du printemps de la LNH et faites vos prédictions dans le cadre du Pool des séries TVA Sports!​

Formation à l’entraînement

Trios d’attaquants

Alex Galchenyuk – Tomas Plekanec – Brendan Gallagher
Pierre-Alexandre Parenteau – David Desharnais – Devante Smith-Pelly
Jacob De la Rose – Lars Eller – Dale Weise
Brandon Prust – Torrey Mitchell – Brian Flynn

Duos de défenseurs

Andrei Markov – P.K. Subban
Alexei Emelin – Jeff Petry
Nathan Beaulieu – Tom Gilbert