Canadiens de Montréal

L'expérience d'un Gonchar

Publié | Mis à jour

Exception faite de l’attaquant Max Pacioretty, l’entraîneur du Canadien de Montréal, Michel Therrien, compte sur une formation en parfaite santé. Tellement qu’il aura le luxe de laisser de côté un vétéran comme Sergeï Gonchar, fort d’une expérience de 141 matchs de séries éliminatoires.

En 14 présences au tournoi printanier, le défenseur russe s’est rendu trois fois en finale de la coupe Stanley, gravant son nom sur le précieux trophée avec les Penguins de Pittsburgh en juin 2009.

Si les neuf défenseurs du Tricolore demeurent en santé, il se pourrait bien que Gonchar soit plus utile en coulisse.

«À l’interne, on se sert de Gonchar beaucoup plus que ce que les gens peuvent penser. Comme Mike Weaver et Manny Malhotra, c’est un vétéran qui peut partager son bagage d’expérience», a déclaré Therrien.

«C’est un gars qui a gagné sa vie à jouer le rôle de quart-arrière en supériorité numérique. Donc, on veut discuter de l’attaque massive avec lui et obtenir son avis», a ajouté le pilote du Canadien.

Les preuves sont faites

Âgé de 41 ans, Gonchar a été laissé de côté dans 13 des 14 derniers matchs de la saison. Il a effectué sa seule présence le 3 avril au New Jersey, à la volonté de l’état-major du Tricolore de reposer un autre joueur d’expérience, Andreï Markov.

Il est conscient que son rôle en sera davantage un de mentorat, même s’il soutient que ses jeunes coéquipiers sauront se montrer à la hauteur.

«Oui, nous avons quelques jeunes joueurs, mais le fait d’avoir passé à travers cette longue campagne les a préparés à ce qui les attend, a assuré Gonchar, qui portait les couleurs des Sénateurs d’Ottawa lors de la confrontation de 2013. Ils auront peut-être besoin d’un petit coup de pouce au départ, mais en travaillant de la même façon dont ils l’ont fait au cours de l’hiver, ils n’auront pas de difficulté à s’adapter.»