Sénateurs

Un virage jeunesse payant pour les Sénateurs

Publié | Mis à jour

Il y a deux ans, le directeur général des Sénateurs d’Ottawa, Bryan Murray, a pris la décision ardue d’effectuer un virage jeunesse avec son équipe, en laissant notamment aller son capitaine Daniel Alfredsson.

Puis, l’été dernier, ce fut au tour de Jason Spezza de quitter la capitale canadienne. Les récentes performances des jeunes lui donnent finalement raison.

Les Sénateurs comptent cinq marqueurs d’au moins 20 buts cette saison et, parmi eux, deux recrues: Mike Hoffman (25 ans, 27 buts) et Mark Stone (22 ans, 24 buts). Les trois autres – Erik Karlsson, Mika Zibanejad et Kyle Turris – ont tous 25 ans ou moins.

«On a décidé de faire confiance à nos recruteurs il y a quelques années quand on a décidé d’échanger des joueurs établis pour des choix au repêchage. Notre philosophie était qu’on passerait dorénavant par le repêchage et le développement, le plus possible. Ç’aura pris quelques années, mais on commence à en voir les dividendes», a indiqué Murray lors de son point de presse, mercredi.

Considère-t-il que la direction de l’équipe avait pris un risque à l’époque?

«Non. On est de plus en plus convaincus qu’on est une équipe de jeunes. C’est sur eux qu’on se fie et ils répondent aux attentes. C’est très difficile de prendre la décision d’enlever des vétérans de la formation, mais en le faisant, on lance un bon message aux jeunes», a-t-il répondu.

Une belle amélioration

Ce que Murray retient le plus de l’impressionnante remontée de son équipe, c’est l’amélioration des jeunes en deuxième moitié de saison.

«On se dit toujours que si on entame la deuxième portion du calendrier avec les jeunes, ils vont continuer à s’améliorer, mais de voir comment les joueurs se sont comportés, qu’ils ont répondu à l’appel, c’est bon pour la ville, pour l’administration, pour l’équipe au grand complet», a ajouté le directeur général.

Des choix déchirants à prévoir

Les belles performances des joueurs se transformeront toutefois en gros casse-tête lorsque viendra le temps de renouveler les contrats cet été. Murray en est bien conscient.

«On va essayer de trouver de l’argent pour qu’ils soient tous heureux, mais on sait très bien que ça n’arrivera pas. Des gars méritent de nouveaux contrats et on va s’en occuper cet été», a-t-il dit.

Parmi les ententes qui viendront à échéance le 1er juillet, il y a celles de Jean-Gabriel Pageau, Zibanejad, Stone et Hoffman, qui seront tous joueurs autonomes avec compensation.