LNH

Sénateurs : toujours y croire

Publié | Mis à jour

Si la musique résonnait à tue-tête dans le vestiaire des Sénateurs d’Ottawa quelques minutes après leur victoire digne d’un film hollywoodien face aux Penguins de Pittsburgh, les joueurs ne semblaient pas énervés pour autant.

Auteur du but vainqueur en prolongation, la recrue Mark Stone affichait un calme étonnant.

«On n’a jamais perdu espoir. Après leurs trois buts, il restait quand même 40 minutes à jouer, ce qui est long. Depuis quelques mois, tout le monde y met du sien et on trouve le moyen de gagner. On a une attitude de gagnants», a dit le héros du match.

Stone, qui a terminé la soirée avec deux buts en quatre tirs, n’a pas voulu prendre tout le crédit pour la victoire. Il a d’ailleurs identifié le but de Jean-Gabriel Pageau comme l’étincelle pour ses coéquipiers.

«Je suis juste reconnaissant de pouvoir contribuer dans ce genre de match. Tout le monde m’aide à marquer, ce sont eux qui font les jeux et je ne fais que les terminer», a-t-il souligné humblement.

Erik Karlsson est celui qui a préparé son but gagnant. Il a décidé de lui refiler le disque parce qu’il considérait que son lancer n’était pas à point durant le match.

«J’avais raté un filet désert et j’ai préféré la donner à un coéquipier et Stone est assez hot ces temps-ci! J’ai vu l’option et encore une fois, il a marqué un gros but pour nous», a résumé le capitaine.

Toujours y croire

Un peu plus loin, le gardien Andrew Hammond était tout aussi calme après avoir porté sa fiche à 18-1-2. Il a admis ne pas avoir été ébranlé par le mauvais départ des siens.

«Même quand tu tires de l’arrière 3-0, il faut que tu continues à y croire. Je n’ai pas pensé que je jouais vraiment mal ou qu’on n’était plus dans le match, mais je savais que je devais fermer la porte. À partir de là, on a continué à se battre», a noté le «Hamburglar».

L’entraîneur-chef Dave Cameron a avoué que ses joueurs étaient nerveux en première période et qu’ils jouaient sur les talons après avoir donné le premier but. «Mais on s’est calmés», a-t-il simplement conclu.