Blue Jays - MLB

«C'est renversant!» - John McHale fils

Publié | Mis à jour

Encore une fois cette année, c’est John McHale fils qui a été délégué à Montréal pour représenter le bureau du commissaire des ligues majeures de baseball.

Rencontré avant le match de vendredi, le vice-président n’a pas caché son enthousiasme devant cet autre immense succès sur le plan des assistances au Stade olympique pour des rencontres préparatoires impliquant les Blue Jays.

«C’est renversant de voir que les amateurs sont encore plus nombreux à s’être procuré des billets cette année. Je dois admettre que je suis étonné. C’est fort plaisant de constater un tel engouement dans la ville où j’ai grandi», a confié le fils de l’ancien président et directeur général des Expos, qui a assisté à la rencontre en compagnie de Denis Coderre.

«Je croyais qu’il aurait été plus difficile d’attirer autant de spectateurs que l’an dernier, car c’est le long week-end de Pâques», a poursuivi McHale.

«De plus, il est parfois plus difficile de répéter le succès d’un événement lors de la deuxième année», a ajouté celui qui retournera à New York dès samedi afin de passer cette fête en famille.

Capter l’attention

McHale remettra un rapport positif au nouveau commissaire Rob Manfred.

«C’est certain que la réponse du public est très encourageante dans le dossier de Montréal, a-t-il commenté. C’est de loin la ville qui témoigne le plus grand intérêt dans le but d’obtenir une concession, advenant le cas qu’il y ait un déménagement ou une expansion.

«Le fait que le niveau d’intérêt soit aussi soutenu sera perçu de façon très positive. Cela a capté l’attention de tout le monde.»

Les dirigeants du baseball majeur sont en contact avec les hommes d’affaires engagés dans le Projet Baseball Montréal, surtout avec Stephen Bronfman.

Comme un canard sur l’eau

À l’instar de Manfred, McHale a reconnu que les Montréalais devront maintenant produire des plans précis pour la construction d’un stade au centre-ville. «Il est important de trouver le site idéal pour attirer autant les amateurs que les commanditaires. Il faudra ensuite trouver la façon de financer la construction de ce stade.»

L’avocat Richard Epstein, du bureau BCF, a souligné que le dossier avait progressé depuis un an.

«Je compare cela à un canard qui se promène sur un lac, a-t-il dit. C’est sous l’eau que ça travaille fort. On ne peut pas aller plus vite que ça.»