Hockey

La vie d’un Québécois dans la KHL

Publié | Mis à jour

Des joueurs russes, il y en a beaucoup dans la Ligue nationale de hockey (LNH). À l’inverse, on compte sur les doigts d’une main les Québécois en Ligue continentale de hockey (KHL).

Francis Paré est le seul joueur québécois à avoir porté l’uniforme d’une formation basée en Russie dans la KHL, mais voilà déjà trois ans qu’il poursuit sa carrière dans la contrée eurasiatique.

Après une campagne et demie chez le Metallurg de Magnitogorsk, avec qui il est devenu le premier Québécois à remporter la coupe Gagarin en 2014, Paré a passé la seconde moitié de la saison 2014-2015 avec le Traktor de Chelyabinsk.

L’ancien des Cataractes de Shawinigan dans la LHJMQ l’avoue lui-même : son arrivée en KHL ne s’est pas réalisée sans heurts. Ses propos traduisent certains préjugés qu’il entretenait probablement quand il a décidé de quitter l’Amérique du Nord et les Griffins de Grand Rapids, filiale des Red Wings de Detroit dans la Ligue américaine (LAH).

Aujourd’hui, les préjugés sont tombés, s’ils n’ont existé jamais.

«Tu te présentes dans un restaurant et tu n’as aucune espèce d’idée, 80% du temps, de ce qui est écrit sur le menu», commence Paré, anecdotique, avant de détailler à la chaîne TVA Sports la progression de sa relation avec ses coéquipiers russes.

«Les Russes sont des personnes froides, en partant. Ils ne vont pas t’accommoder. Ils fonctionnent de la même façon depuis des années, des années et des années. C’est leur manière et dès que tu t’éloignes du cadre, ils vont te le laisser savoir bien vite.»

«J’ai pris mon trou pour le premier mois, puis, les gens se sont adaptés à mon rôle. Quand ils ont compris que j’étais une bonne personne et que je ne prenais pas trop de place, ils ont commencé à m’accepter.» - Francis Paré

La grande décision

Conscient que sa carrière devait prendre un nouveau tournant, Paré a pris la décision de quitter le continent occidental en 2013.

«J’y ai pensé deux fois et cela a en quelque sorte mis fin à mes chances d’accéder à la LNH, mais je ne regrette pas mon choix, confie l’attaquant de 27 ans. Si je retournais deux ans en arrière, je ferais la même chose, peut-être même plus tôt.

Après un bref passage en SM-liiga finlandaise, où il a inscrit un point par match en 2013-2014, Paré est passé au Metallurg la même saison et s’est contenté de neuf points en 20 rencontres, puis de huit points en 35 parties avec le même club au début de 2014-2015. Passé au Traktor pour les 23 matchs suivants, il a éclos : 10 buts, cinq aides en 23 affrontements.

Paré ne ferme pas la porte à la LNH, même s’il est «vraiment bien en Europe».

«Le rêve le plus fou, ce serait de jouer pour les Nordiques de Québec», conclut-il.

(D’après un reportage de Jannie Potvin)