Cyclisme

Une autre étape pour Langlois

Publié | Mis à jour

Bruno Langlois rentre au bercail. Le cycliste de 36 ans rejoint les rangs de la formation Garneau-Québecor avec qui il a connu du succès en 2012 et 2013.

«Je ne regrette pas d’avoir roulé avec une équipe américaine (5 Hour Energy) l’an dernier parce qu’il s’agissait possiblement de ma dernière chance en raison de mon âge, mais j’ai réalisé certaines choses, a raconté Langlois pour expliquer son retour. C’est difficile de se retrouver constamment sur la route dans des conditions qui ne sont pas toujours idéales. Il s’agit d’une année de transition. Je ne sais pas si je recevrai une offre d’une formation américaine dans le futur, mais je suis rendu à une autre étape dans ma carrière.»

«C’est aussi valorisant d’aider les jeunes et de partager mon expérience que de gagner une course, de poursuivre Langlois. J’ai reçu des offres plus ou moins intéressantes, mais j’ai réalisé que je préférais courir avec mes amis.»

Co-capitaine de la formation Garneau-Québecor en compagnie de Rémi Pelletier-Roy, formation qui comptera neuf coureurs, Langlois se retrouvera dans une situation différente. «En 2013, j’étais beaucoup sollicité à l’extérieur du vélo avec toute la logistique dont je devais m’occuper. Cette année, je vais m’occuper de vélo uniquement et partager les tâches avec Rémi Pelletier-Roy.»

Même s’il prend de l’âge, Langlois n’a pas l’intention de jouer les touristes. «Je veux encore gagner des courses, a-t-il résumé. Je n’ai jamais été le plus doué et c’est mon caractère et mon chien qui m’ont permis de connaître du succès. Le désir de compétitionner est encore bien présent.»

Jeux panaméricains

Pelletier-Roy partagera son temps entre Garneau-Québecor et l’équipe canadienne de piste. «Si tu veux performer dans les épreuves d’endurance en piste, tu dois courir aussi sur route, a raconté l’étudiant en médecine. J’ai la liberté de participer aux épreuves en piste, ce que ne souhaitent pas toutes les équipes. C’est tentant parfois d’accepter une offre d’une plus grosse équipe, mais ça m’éloignerait de mon rêve olympique.»

Champion canadien à l’Omnium au cours des trois dernières années, Pelletier-Roy aimerait monter sur le podium aux Jeux panaméricains qui auront lieu cet été à Toronto. «Ce fut une surprise de gagner une médaille de bronze l’an dernier aux Jeux du Commonwealth et j’aimerais répéter à la maison, a-t-il indiqué. L’objectif ultime est de me qualifier pour les Jeux olympiques de 2016 au Brésil.»

Le processus de sélection débutera en septembre avec le championnat panaméricain.