Martin St-Louis

Photo : Martin St-Louis Crédit : AFP

LNH

St-Louis est un homme transformé

St-Louis est un homme transformé

Louis Jean

Publié 26 mars 2015
Mis à jour 26 mars 2015

Martin St-Louis a recommencé à patiner jeudi pour la première fois depuis qu'il s'est blessé au genou droit le 15 mars dernier.

St-Louis n'a pas trop poussé même s'il est resté une bonne heure sur la glace du Centre Canadian Tire.

«Lorsque le médecin m'a informé que je serais absent de 10 à 14 jours, je pensais qu'il était fou, a lancé à la blague St-Louis. Ça semble être le bon diagnostic.»

St-Louis n'a jamais subi une telle blessure au genou. Il trouve difficile de ne pas pouvoir jouer et aider l'équipe.

«Quand on t'enlève ce que tu as fait toute ta vie, ce n'est pas évident. Je m'ennuie d'être avec les gars, et surtout, je m'ennuie d'être sur la glace.»

Malgré le fait qu'il aura 40 ans au mois de juin, c'est justement sur la glace que St-Louis veut se retrouver. Pour la 11e saison consécutive, le natif de Laval a atteint le cap des 20 buts. Il est le deuxième meilleur buteur de l'équipe, derrière Rick Nash. Pour l'instant, pas question de parler de retraite.

«Physiquement, je suis encore capable de jouer. Il n'y a aucun doute là-dessus. Je n'ai pas perdu le step.»

Mais la question qu'on peut se poser est : sera-t-il de retour avec les Blue Shirts? Il n'y a eu aucun pourparler avec les Rangers sur une prolongation de contrat.

St-Louis deviendra joueur autonome sans compensation cet été. Le fait que le montant précis du plafond salarial pour l'an prochain n'a pas encore été établi explique en partie l'absence de pourparlers.

Plus positif qu’avant

Cependant, St-Louis ne s'en fait pas trop avec cette situation. En mai 2014, la mère de St-Louis est subitement décédée d'une crise cardiaque.

«Je pense à elle tous les jours, m’a-t-il dit. J'ai changé à cause de cet événement. Je suis plus positif maintenant. J'essaie de profiter un peu plus de la vie, de ma famille, du temps avec mes enfants. J'essaie de savourer chaque moment qu'il me reste dans la Ligue nationale.»

Avec 1128 matchs disputés en saison régulière et une moyenne de presque un point par match, il n'y a aucun doute que St-Louis peut encore faire la différence.

L'an passé, il a été un facteur important permettant aux Rangers de se rendre jusqu'à la finale de la Coupe Stanley. Cette année, sa principale motivation est de la gagner pour la deuxième fois de sa carrière.