LNH

«C'est le bordel» chez les Maple Leafs

TVA Sports et l'Agence QMI

Publié | Mis à jour

Il y a les piètres performances sur la glace; il y a eu Nazem Kadri, en retard à une réunion; il y a eu Phil Kessel, en désaccord avec son entraîneur-chef...

Mais c’est encore pire que vous pensez, dans le vestiaire des Maple Leafs de Toronto.

Un joueur des Maple Leafs de Toronto a dévoilé au National Post, vendredi, que la situation approche le désastre à l’interne. Le joueur en question a demandé à conserver l’anonymat.

«It’s pretty screwed up ("C’est le bordel", traduction libre)», aurait-il déclaré.

«On penserait que ça changerait, a déclaré le joueur inconnu. Personne ne voit ce qui est en train de se passer chez nous.»

Ce joueur aurait fait référence aux décisions du personnel d’entraîneurs. Principalement, il reprocherait à l’entraîneur-chef Peter Horachek de critiquer ses meilleurs attaquants (on comprend qu’il peut s’agir de Kessel, James van Riemdsdyk, Tyler Bozak...) sur la scène publique, mais de ne pas appliquer de sanctions à ces éléments offensifs, tout en refusant des récompenses aux joueurs qui fournissent un bon effort. Les noms de Brandon Kozun, Zach Sill, Richard Panik et Sam Carrick ont été évoqués dans ce cas.

«Il y a toujours des facteurs dont il faut tenir compte, a commenté le pilote des Leafs. Nous utilisons d’autres gars en avantage numérique et oui, on peut réduire le temps de jeu de certains. Toutefois, nous sommes un peu démunis actuellement et on doit avant tout obtenir le meilleur de tous nos joueurs.»

Pour sa part, van Riemsdyk croit que les membres de son club ont eu de la difficulté à bien analyser les différentes situations sur la patinoire.

«Je pense que, plus que jamais, le problème se trouve entre les deux oreilles, a-t-il dit. Quand vous ne jouez pas intelligemment, vous passez votre temps à pourchasser la rondelle et celui qui la contrôle. On peut croire que le travail n’est pas là, mais en fait, on est dans le trouble en raison des nombreux revirements dans notre zone.»

«Nous sommes des professionnels et évidemment, le résultat n’est pas brillant. Par contre, pas un seul joueur ici n’essaie pas. Si vous abandonnez, vous êtes perdu», a ajouté Kessel.