Crédit : Tony Caldwell/Ottawa Sun/QMI Age

Sénateurs

Mark Stone, une recrue dans l’ombre

Publié | Mis à jour

Depuis le début de l’année, trois noms circulent constamment dans la course au trophée Calder : Filip Forsberg, Johnny Gaudreau et Aaron Ekblad.

Plus loin des projecteurs, Mark Stone connaît toute une saison avec les Sénateurs d’Ottawa.

«Je n’ai aucun problème à me retrouver un peu dans l’ombre, a affirmé Stone à quelques heures du match contre le Canadien, au Centre Bell. Je dirais même que c’est une bonne chose. Je ne suis pas la seule recrue qui a du succès cette année à Ottawa. Mike Hoffman fait aussi beaucoup parler de lui et avec raison.»

«Je ne pense pas au trophée Calder, a-t-il poursuivi. Je suis surtout heureux de ne plus faire la navette entre Binghamton, dans la Ligue américaine, et Ottawa. Je voulais m’établir pour de bon avec les Sens cette saison et j’ai atteint mon objectif.»

Stone, un choix lointain de 6e tour (178e au total) des Sénateurs en 2010, se retrouve au troisième rang parmi les recrues de la LNH pour les points (43) et les passes (27) et au cinquième rang pour les buts (16).

«Je joue maintenant un rôle plus offensif avec les Sénateurs, j’ai ma chance en avantage numérique et parmi le top six à l’attaque, a-t-il expliqué. Ça fait une énorme différence.»

Un changement profitable

Le 8 décembre dernier, les Sénateurs ont indiqué la porte de sortie à leur entraîneur en chef, Paul MacLean. Dave Cameron, qui occupait un des rôles d’adjoints, a pris la relève derrière le banc de l’équipe.

Assez intelligent pour ne pas critiquer ouvertement son ancien entraîneur, le Manitobain de 22 ans a toutefois reconnu qu’il a profité de ce nouveau départ.

«Je ne sais pas si c’est le nouvel entraîneur, mais il n’y a pas de doute que Dave me fait confiance, a-t-il reconnu. Il ne m’a jamais replacé au sein du quatrième trio ou dans les gradins. Il me laisse jouer. Il sait ce que je peux apporter à cette équipe et je ne demande pas mieux. Il me fait réellement confiance.»

Depuis le 1er janvier 2015, Stone a considérablement augmenté sa production à l’attaque avec 26 points (huit buts, 18 passes) à ses 29 dernières rencontres. Il est maintenant un rouage important de l’équipe.

Deux saisons de 100 points

Originaire de Winnipeg, Stone a fait la pluie et le beau temps avec les Wheat Kings de Brandon dans la Ligue junior de l’Ouest. À ses deux dernières campagnes à Brandon, il a amassé 106 points et 123 points.

Même s’il était un choix de 6e tour, il a porté les couleurs du Canada au Championnat du monde junior de 2012 à Edmonton et Calgary. Stone avait attiré l’attention lors de ce tournoi en terminant au sommet des pointeurs de l’équipe canadienne avec 10 points (sept buts, trois aides) en seulement six rencontres. Le Canada avait gagné la médaille de bronze.

Après son passage chez les juniors, Stone a divisé son temps entre Binghamton et Ottawa au cours des deux dernières saisons. Il avait joué quatre matchs à Ottawa en 2012-2013 et 19 rencontres la saison suivante.

Il est donc encore éligible pour le titre de recrue de l’année cette saison. Il aurait perdu ce privilège s’il avait joué une saison de plus de 25 matchs ou deux saisons de plus de six matchs.