Boxe

«On a un félin et un prédateur» - Larouche

Publié | Mis à jour

L’entraîneur de boxe Stéphan Larouche croit que Sergey Kovalev aura un combat plus compliqué qu’il ne le pense, samedi prochain, contre Jean Pascal.

Les deux boxeurs représentent un défi l’un pour l’autre. Pour Jean Pascal, l’ennui, c’est que Kovalev a eu du succès contre Bernard Hopkins, celui qui a enlevé au Québécois sa ceinture de champion du monde en 2011.

«C'est clair que tu te bats contre le gars qui a écrit le livre "comment battre le gars qui t'as battu". En commençant, ce n'est pas le "fun". T'aurais aimé ça que le combat soit serré», a expliqué Larouche, lors de l’entraînement public de Pascal et Kovalev, lundi.

«La beauté dans ça, c'est que la règle de trois ne s'applique pas tout le temps», a précisé l’entraîneur.

«Par contre, tu connais les forces de ton adversaire et ses faiblesses. (...) Kovalev a des forces qui vont faire mal à Pascal. D'un autre côté, tu as un Pascal qui est un boxeur avec un rythme très étrange. C'est dur de "timer" Jean Pascal. Lui-même, des fois, ne sait pas quand il va frapper. C'est ce que Kovalev n'a pas vu souvent à mon avis.»

Stéphan Larouche croit que Pascal pourrait réussir à surprendre le pugiliste russe.

«'Faut pas penser qu'il (Kovalev) est infaillible. Jean Pascal, quand il surprend, il a un côté félin. On a un félin et un prédateur.»

«Je suis convaincu que ça être plus dur Kovalev ne le pense.»