Canadiens de Montréal

Une direction claire

Publié | Mis à jour

Max Pacioretty et Tom Gilbert ont salué le travail de Marc Bergevin en cette date limite des transactions, lundi. Le directeur général des Canadiens de Montréal a fait les acquisitions de Jeff Petry, Brian Flynn et Torrey Mitchell sans se départir d’un seul joueur régulier de l’équipe.

À leur sortie de la glace du SAP Center à San Jose, quelques minutes seulement après la conclusion de la période des échanges, Pacioretty et Gilbert ont parlé d’un message important envoyé par Bergevin.

«Nous connaissons la direction de l’organisation, a affirmé Gilbert à quelques heures du match contre les Sharks. Nous voulons aller le plus loin possible. Nous venons d’ajouter beaucoup de profondeur à notre club et c’est toujours important en fin de saison et en séries. J’aime les acquisitions des Canadiens.»

«On aime notre équipe, a renchéri Pacioretty. Quand le DG ajoute des morceaux au casse-tête, on le prend comme une récompense et une motivation à jouer encore mieux. Quand on acquiert des joueurs, on dirait qu’on obtient toujours des joueurs qui ont du caractère et une bonne attitude. Les nouveaux sont comme ça aussi.»

Pacioretty se réjouissait du fait que son DG n’avait pas sacrifié un membre de l’équipe pour obtenir du renfort.

«Les joueurs qui font partie du noyau ont eu beaucoup de plaisir à grandir ensemble, a rappelé le meilleur marqueur du Tricolore. On va dans la bonne direction. Avec le succès qu’on connaît cette saison, ça ne prend pas beaucoup de changements de toute façon. C’est plutôt d’essayer de garder les joueurs que nous avons ici. Nous avons bâti une bonne chimie, une bonne camaraderie entre nous et ce sera important pour la suite.»

D’anciens coéquipiers

Dans le vestiaire des Canadiens, Pacioretty et Gilbert ont déjà joué avec Petry.

«C’est un défenseur solide, qui n’obtient pas le mérite qui lui revient pour faire les bonnes choses, a mentionné Pacioretty qui a évolué aux côtés de Petry avec l’équipe américaine au Championnat du monde de 2012 à Helsinki et Stockholm. C’est le plus grand compliment que tu puisses faire pour un défenseur.»

Gilbert, quant à lui, a passé près de deux saisons avec Petry à Edmonton.

«J’ai joué avec Jeff à ses débuts à Edmonton, a-t-il dit. Il est un incroyable patineur, il est imposant et il a un bon tir. Je le considère comme un défenseur complet, il a plusieurs qualités.»

Avec l’ajout de Petry, le CH misera sur huit défenseurs lorsqu’Alexeï Emelin recevra le feu vert des médecins pour un retour au jeu. Il y aura donc une lutte importante pour les derniers postes.

«Il n’y a aucun doute qu’il y a beaucoup de défenseurs, à Montréal, a noté Gilbert. C’est une bonne chose pour l’équipe. Il y aura de la compétition à l’interne, mais notre boulot restera le même.»

L’exemple de Weise

Le 3 février 2014, plusieurs partisans des Canadiens avaient fait des recherches afin de mieux connaître Dale Weise, l’ailier obtenu dans l’échange de Raphael Diaz avec les Canucks de Vancouver.

Treize mois plus tard, les fidèles du Tricolore ont possiblement entrepris les mêmes démarches pour recueillir de l’information au sujet de Flynn et de Mitchell, deux anciens des Sabres de Buffalo.

Parfois, les petites transactions se transforment en or. Le cas Weise en est un bon exemple.

«Torrey Mitchell a connu beaucoup de succès à San Jose en affrontant de très bons joueurs, a souligné Pacioretty. Il a encore ça en lui. C’est dur d’évaluer un joueur en se basant sur ses chiffres quand ils sont dans une situation comme celle des Sabres. Ces gars ont des choses à prouver et ce sont des facteurs de motivation pour eux.»