Boxe

Un coup porté à Pascal par l'entraîneur de Kovalev

Publié | Mis à jour

À un peu plus de deux semaines du combat devant l’opposer à Jean Pascal, le champion russe Sergey Kovalev laisse aux autres la tâche de mousser la vente des billets.

Malgré certains efforts, il n’arrive pas à la cheville de Pascal au moment de promouvoir un combat. Les médias l’ont constaté, mardi midi, dans une conférence téléphonique qui rassemblait boxeurs, entraîneurs et promoteurs des différents clans.

Pendant que Pascal a refait une analogie avec le film «Rocky IV», dans lequel le Russe Ivan Drago perd à la fin, l’entraîneur de Kovalev John David Jackson a cru bon de le ramener à l’ordre.

«On n’est pas dans un film, c’est un vrai combat», a-t-il laissé entendre.

Soulevant ensuite certains doutes sur les qualités défensives du Québécois, l’entraîneur a reconnu que Pascal a un style différent des autres boxeurs, mais pas nécessairement difficile à lire.

«Tranquillement, Sergey [Kovalev] va trouver une façon de le descendre», a lancé Jackson, lui-même un ancien champion du monde.

Pascal n'a pas bronché

Malgré le coup porté, Pascal n’a pas bronché. Sans vouloir s’offrir lui-même un surnom, il a plus tard accepté volontiers, en répondant à une question sur le sujet, le sobriquet de «Black Balboa».

«Si les "fans" veulent m’appeler comme ça, je n’ai rien contre», a-t-il proposé.

À propos de Kovalev, il a surtout rappelé, à différentes reprises, que le combat allait être présenté «le 14 mars sur le réseau HBO».

«Je suis sûr que ça va être une bonne journée pour la boxe, a aussi mentionné le Russe. Jean Pascal est un énorme adversaire dans ma carrière. Il est un bon boxeur.»

Champion WBA, WBO et IBF des mi-lourds, Kovalev (26-0-1, 23 K.-O.) attend visiblement le moment de faire parler ses poings. De son côté, Pascal (29-2-1, 17 K.-O.) entend causer la surprise devant une foule survoltée, à l’image de Rocky.

«J'aime les défis et c'est pourquoi j'ai accepté ce combat», a-t-il dit.

12 000 spectateurs?

Comptant parmi les intervenants, le promoteur d’Interbox Jean Bédard a précisé que la vente des billets avait été intéressante avant la période des Fêtes et que ça reprenait tranquillement.

«Nous prévoyons de bonnes ventes au cours des prochaines semaines», a-t-il indiqué.

Bédard espère rassembler 12 000 personnes au Centre Bell, mais rêve ultimement d’atteindre les 15 000 spectateurs.

«On va avoir une très bonne foule définitivement», a-t-il promis.