LNH

Le coeur et l'âme de Nick Foligno

Publié | Mis à jour

Il n'y a pas si longtemps, l’attaquant des Blue Jackets de Columbus Nick Foligno et sa conjointe Jennel étaient loin d'être sûrs qu'ils allaient être en mesure de célébrer le premier anniversaire de leur fille.

Une journée seulement après sa naissance, à l’automne 2013, les médecins ont découvert un problème dans le cœur de Milana Foligno, une condition qui a forcé ses parents à prendre la décision la plus difficile de leur existence.

La vie de leur fille dépendait d'une procédure expérimentale uniquement pratiquée à l'hôpital pour enfants de Boston.

«Milana était très malade quand elle est arrivée ici, nous devions l’opérer le plus rapidement possible», se souvient le docteur Wayne Tworetzky, cardiologue de l’hôpital pour enfants de Boston.

«Ils ont installé ce qu'on appelle la valve de Melody, en général utilisée pour les poumons chez des adultes, explique papa Foligno. Les médecins se sont rendu compte que ce serait efficace dans la situation de Milana. »

Le chirurgien cardiologue Sitaram Emani est celui qui a sauvé la vie de la petite Milana.

«Plus de 50% des enfants qui subissent cette opération, vont éventuellement survivre, évalue-t-il.  J’ai compressé la valve et je me suis rendu compte que ça fonctionnerait et que je pourrais l’utiliser comme micro-valve de remplacement.»

«J’ai su que ça allait fonctionner quand je l’ai vue me regarder. C’était comme si elle me disait : "Tout est parfait et l’opération va bien aller. "» - Le chirurgien Sitaram Emani

L’opération était censée durer cinq ou six heures, mais en a finalement nécessité sept.

«À la fin je m’inquiétais beaucoup et la dernière heure m’a paru comme une journée complète!» se souvient Foligno.

Une nouvelle perspective

Deux semaines après la chirurgie, Milana Foligno sortait de l’hôpital. En pleine santé.

Elle n'était que le 17e enfant à être opéré de la sorte. Malgré le nombre grandissant d'interventions du genre, il y a encore beaucoup de parents et même des médecins qui ne savent même pas que cette procédure existe.

«J’espère que je peux aider à faire connaître et approuver cette procédure, dit Foligno. Cette valve a sauvé la vie de ma fille et j’aimerais que d’autres enfants puissent en profiter.

«Nous célébrons son premier anniversaire. Nous sommes heureux car les débuts n’ont pas été faciles, mais tout est différent maintenant. C’est une année qui a été difficile, mais nous nous comptons chanceux de l’avoir dans notre vie, c’est une fille tout simplement parfaite!»

 Milana aura bientôt 1 an et demi et sa présence rappelle constamment à son père ce qui est le plus important dans la vie.

«Nick m’a dit que la pression au hockey n’était rien en comparaison avec la peur de perdre un membre de sa famille», raconte son frère Marcus Foligno, des Sabres de Buffalo.

«Je suis convaincu que tout ça m’a aidé à devenir un meilleur joueur», admet Nick Foligno.