Boxe

«Je veux que les gens aient tort» -Pascal

Publié | Mis à jour

Le 14 mars approche à grands pas et Jean Pascal assure qu’il sera prêt à disputer le combat le plus important de sa carrière.

Pascal, qui s’entraîne à Big Bear, en Californie, entend déjouer tous les pronostics face au Russe Sergey Kovalev (26-0-1, 23 K.-O.) lors de ce gala qui sera télédifusé aux États-Unis sur le réseau HBO.

«Les experts ont probablement raison. Je devrai être au sommet de ma forme pour ce combat. Je ne partage toutefois pas leur opinion selon laquelle je suis négligé à 4 contre 1», a-t-il dit à TVA Sports, jeudi.

«C’est un gros défi et c’est pourquoi je voulais ce combat.»

«Je veux que les gens aient tort.»

Pas de rouille

Le dernier combat de Pascal (29-2-1, 17 K.-O.) remonte au 6 décembre dernier, un dénouement sans décision après une chute douteuse de l’Argentin Roberto Bolonti au deuxième round.

Le Lavallois ne s’était pas battu depuis sa victoire sans éclat face à Lucian Bute, le 18 janvier 2014, un duel qui selon plusieurs aurait dû être organisé deux ans plus tôt.

Il n’a pas disputé un combat d’envergure depuis la revanche de Bernard Hopkins en mai 2011.

«Après mon deuxième combat contre Bernard Hopkins, j’étais peu actif. Je crois que j’ai disputé trois combats en quatre ans. Au niveau où je suis rendu, je crois avoir assez d’expérience pour combler ce côté négatif», a-t-il expliqué.

«Les boxeurs qui disent qu’ils ont rouillés, je crois qu’ils sont des perdants. Ce sont des excuses de perdants. Après 18 ans d’expérience, la rouille n’existe plus. C’est comme monter à bicyclette : lorsqu’on l’a fait une fois, on va savoir comment remonter.»

«Si j’ai passé six mois à être inactif, je devrai être en mesure de revenir à mon apogée.»

En tous les cas, il dit mettre toutes les chances de son côté pour redevenir champion. L’une des quatre ceintures qui seront à l’enjeu au Centre Bell est celle qu’il a perdue aux mains de Hopkins.

«La motivation contre Lucian Bute était grande, mais celle contre Kovalev l’est encore deux fois plus, car c’est ma chance de redevenir champion du monde», a dit Pascal.

«Il y aura quatre ceintures en jeu. Les trois ceintures de Kovalev (WBA, WBO, IBF) ainsi que ma ceinture WBC diamant que j’ai gagnée contre Bute. Ce sont quatre ceintures majeures, donc c’est le plus gros combat de boxe au Québec.»