Crédit : AFP

LNH

«Pourquoi me garder?» - Jagr

Publié | Mis à jour

À deux semaines de la date limite des transactions dans la Ligue nationale de hockey, il y a fort à parier que les Devils du New Jersey seront vendeurs.

L’attaquant Jaromir Jagr est l’un des joueurs qui pourraient évidemment quitter l’organisation et selon le principal intéressé, il n’y a aucune raison de le garder.

«S’il y a une opportunité qui se présente, je serai échangé, a-t-il dit à NJ Advance Media, lundi. Pourquoi me garder? Je ne suis pas important pour cette équipe.»

Jagr ne possède aucune clause de non-échange.

Les vétérans Patrik Elias et Marek Zidlicky ont quant à eux une clause de non-échange dans leur contrat et l’organisation ne leur a pas encore demandé s’ils seraient prêts à la lever.

«Je n’y pense pas pour l’instant, a dit Zidlicky. Nous verrons. Ce n’est pas facile, mais il faut apprendre à jouer et à ne pas y penser.»

«Je ne veux pas quitter, il n’y a rien qui se trame présentement à ce que je sache», a pour sa part indiqué Elias.

Le Québécois Steve Bernier est l’un des noms qui est aussi souvent mentionné en tant que monnaie d’échange.

«Pour être honnête, j’y pense, c’est certain, a-t-il dit. Cela dit, j’ai déjà été échangé au cours de ma carrière et c’est quelque chose que l’on ne peut pas contrôler.»