Le Fanatik

Fed Cup : Abanda jouera la première

Publié | Mis à jour

Pour son baptême de la Coupe Fed, Françoise Abanda sera servie à souhait puisqu’elle aura la tâche de briser la glace pour le Canada dans son duel face à la République tchèque dont le coup d’envoi sera donné samedi au PEPS de l’Université Laval.

Le tirage au sort effectué vendredi midi a déterminé qu’Abanda affrontera Karolina Pliskova, 22e au classement de la WTA, lors du premier simple.

«Je me sens bien et j’ai hâte de commencer, a souligné Abanda qui a célébré son 18e anniversaire, jeudi. J’affronte une très bonne joueuse qui possède un meilleur classement que moi. Il s’agira d’un bon défi et j’espère gagner le match.»

«Même si j’ai perdu, j’ai appris de mes parties face à Venus Williams (à la Coupe Banque Nationale) et à Dominika Cibulkoa (à la Coupe Rogers), de poursuivre la protégée de Sébastien Larose. Chaque match est toutefois différent et je dois me concentrer sur moi-même.»

Tout comme Abanda, qui occupe la 230e place à l’échelle mondiale, Pliskova effectuera ses premiers pas en Coupe Fed. «C’est vraiment une belle sensation d’avoir la chance de jouer en Fed Cup, a-t-elle mentionné. C’est aussi très bien d’être la joueuse numéro un de mon pays pour ce duel face au Canada. Quant à mon adversaire, j’ai pratiqué une fois en sa compagnie, mais je la connais très peu.»

Au même titre qu’Abanda, Pliskova profite de l’absence des deux meilleures raquettes de son pays pour évoluer en simple.

Négligés

Sylvain Bureau n’a pas de problème à ce que le Canada soit largement négligé dans ce premier match dans le groupe mondial de son histoire. «Ce n’est pas la première fois que ça arrive et on ne doit pas trop s’attarder au classement en Fed Cup, a souligné le capitaine de la formation canadienne. Tu joues avec ton cœur en Fed Cup. Il y a eu souvent des surprises en Fed Cup dans le passé.»

Petr Pala est conscient que la République tchèque est favorite, mais il ne tient rien pour acquis. «Sur papier, nous sommes les favorites, mais ça se joue sur le terrain, a prévenu le capitaine des championnes en titre. On ne cache pas que nous sommes les favorites. C’est une situation qui nous est souvent arrivée. Les filles sont confiantes, mais nous devons être prudentes. J’espère qu’il y aura une bonne foule même si les amateurs ne seront pas derrière nous.»

Dans l’histoire de la Coupe Fed, la République tchèque a remporté ses cinq duels face au Canada, dont le dernier remonte à 2002.

* * * *

Dubois sera présente

À la retraite depuis cinq mois, Stéphanie Dubois effectuera un retour au PEPS de l’Université Laval pour encourager l’équipe canadienne.

Dubois a accepté avec plaisir l’invitation de Tennis Canada. «Je connais bien toutes les filles de l’équipe et je veux les appuyer, a souligné Dubois qui a pris sa retraite en septembre après sa défaite à la Coupe Banque Nationale. Il y a un bon esprit au sein du groupe. Ça me fait plaisir d’être ici. Je vis une belle semaine et c’est différent de se retrouver de l’autre côté.»

Dubois a disputé 22 parties avec le Canada en Coupe Fed au cours de sa carrière. «Comme Charlotte (Robillard-Millette), j’ai disputé mon premier match à l’âge de 16 ans, a-t-elle rappelé. L’expérience va être bénéfique pour Charlotte même si elle ne joue pas. Ce fut tout un honneur à chaque fois de représenter mon pays.»

«Quant à Françoise (Abanda), je suis confiante que tout va bien se passer pour elle en fin de semaine, a poursuivi Dubois. Elle a bien fait à la Coupe Rogers cet été à Montréal. Elle aime jouer devant une foule partisane.»

De retour sur les bancs d’école où elle étudie en communication depuis sa retraite, Dubois se plaît dans sa nouvelle vie. «Je vis très bien avec ma décision, a-t-elle affirmé. J’aimerais travailler en radio et en télévision et je regarde les opportunités.»

Dubois a-t-elle été surprise de la décision d’Eugenie Bouchard de faire l’impasse sur la Coupe Fed? «Il y a plusieurs tournois au calendrier, a-t-elle indiqué. C’est sa décision. Je suis certaine qu’elle va rejouer en Fed Cup dans le futur. Qu’Eugenie soit présente ou pas, les filles seront prêtes.»