Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Super Bowl XLIX

Carabins: des supporteurs pour les deux camps

Publié | Mis à jour

Les joueurs des Carabins de l’Université de Montréal étaient divisés entre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre et les Seahawks de Seattle lors du match du Super Bowl, dimanche, alors qu’ils étaient réunis à la Cage aux Sports du Centre Bell pour assister à ce duel tant attendu.

Chacun avait ses raisons pour le choix de son équipe. Mais le talent et le travail des joueurs étoiles étaient des dénominateurs communs.

Vincent Jacques apprécie la défense des Patriots et le brio offensif de Tom Brady et de Rob Gronkowski, mais un autre nom lui vient en tête lorsqu’on lui demande qui l’impressionne le plus.

«L’entraîneur Bill Belichick, car c’est un gros cerveau de football. Ça joue beaucoup dans la balance», a affirmé le demi-défensif.

Le secondeur des «Bleus» Byron Archambault a également souligné le travail du légendaire instructeur.

«Je respecte ses talents d’entraîneur. Il exploite toutes les situations possibles et je suis certain que c’est une des personnes qui se préparent le plus pour faire face à toutes les situations difficiles lors d’un match. J’aime comment cette équipe opère sur le terrain», a mentionné Archambault, qui s’est rangé derrière les Patriots puisqu’il est un partisan des Ravens de Baltimore et qu’il a voulu continuer à encourager une équipe de l’Association américaine.

Wilson impressionnant

De son côté, David Deschamps préférait les Seahawks.

«J’adore leur défense. Leurs demis défensifs sont extrêmement impressionnants», a-t-il déclaré.

Le botteur des Carabins admire également le travail du jeune pivot de 26 ans Russell Wilson.

«Wilson est incroyablement agréable à regarder. C’est un quart super jeune, mais qui fait des jeux énormes. Il ajoute quelque chose de spécial au match, surtout avec ses courses. Il y a de plus en plus de quarts dans la ligue qui ont son style et ça doit être très difficile de jouer contre lui.»

Le joueur de ligne défensive Mathieu Girard, lui, avoue regarder le match avec un «œil plus analytique».

«J’aime bien regarder le joueur qui joue à ma position, comprendre ce qu’il fait.»