Crédit : Getty Images/AFP

Super Bowl XLIX

Un potentiel réel de dynastie

Publié | Mis à jour

Il y a eu les Packers des années 1960, les Steelers des années 1970, les 49ers des années 1980, les Cowboys des années 1990 et les Patriots des années 2000.

Avec un deuxième sacre de suite au Super Bowl, une lourde commande qui n'est pas gagnée, les Seahawks de Seattle pourraient jeter les bases d’une nouvelle dynastie.

Évidemment, il est trop tôt pour se prononcer. Les hommes de Pete Carroll doivent d’abord renverser les Patriots de la Nouvelle-Angleterre pour remporter un deuxième Super Bowl de suite, exploit qui n’a pas été réalisé depuis 2003 et 2004.

Et encore là, toutes les équipes mentionnées ont eu l’insigne honneur de remporter au moins trois championnats dans leur décennie de gloire.

Il y a donc encore un pas énorme à franchir, mais les Seahawks sont jeunes, comme en fait foi leur moyenne d’âge (25,7) qui les place au septième rang du circuit. La majorité des joueurs constituant le noyau possède un contrat à long terme.

L’actuel entraîneur des secondeurs, Ken Norton fils, a fait partie de la dynastie des Cowboys de Dallas en remportant deux titres avec eux. Selon l’ancien secondeur intérieur, tout est en place à Seattle pour une quête similaire.

«Cette équipe ne connaît pas un succès ordinaire en se retrouvant au Super Bowl une deuxième année de suite. Si ça se poursuit de la sorte, nous pouvons gagner et être là pour toujours. Sincèrement!», a-t-il prétendu en entrevue au «Journal de Québec» cette semaine.

Encore prématuré

L’une des figures de proue de la défensive de l’époque - il a été nommé deux fois sur les équipes d’étoiles -, Norton fils reste toutefois bien ancré dans la réalité.

«Avant d’oser nous comparer aux Cowboys de l’époque ou à d’autres grands clubs, il faut gagner. Les Cowboys ont remporté deux Super Bowl de suite et trois en quatre ans. Avec les Seahawks, nous n’en avons eu qu’un seul, donc il faut continuer de gagner. Il est prématuré de nous comparer aux bonnes équipes, mais le potentiel est là pour qu’on décroche plusieurs titres, nous aussi.»

Un leadership sans pareil

Pour Norton fils, la clé chez les Seahawks est le leadership qui caractérise l’organisation, à commencer par le directeur général John Schneider et ses repêchages remarquables, jusqu’au vestiaire.

«Ils font tous un travail fantastique, du haut au bas de la pyramide. Nous misons sur un bon groupe de jeunes joueurs très intelligents. Ils comprennent pleinement la position dans laquelle ils se trouvent et ce qu’ils peuvent accomplir. Je serais surpris qu’ils en viennent à gâcher tout ça.

«Ils sont bien meilleurs que je l’étais. Je me pensais très fort à l’époque, mais eux, ce sont de véritables joueurs-étoiles! C’est un groupe extrêmement spécial. Ils sont des individus très motivés, qu’ils soient des choix de premier tour ou qu’ils n’aient pas été repêchés.»