Canadiens

Nathan Beaulieu a compris

Nathan Beaulieu a compris

Renaud Lavoie

Publié 28 janvier 2015
Mis à jour 28 janvier 2015

Pour la première fois de sa carrière dans la Ligue nationale de hockey, Nathan Beaulieu sent qu'il a la confiance de son entraîneur et des dirigeants de l'équipe.

Pour que Michel Therrien lui fasse confiance de façon régulière, il a évidemment fallu que le défenseur de 22 ans s'assure de mieux jouer en zone défensive et qu'il prenne de meilleures décisions avec la rondelle.

Son jeu s'est élevé d'un cran, à un point tel que depuis trois rencontres, il ne se gêne pas non plus pour donner de bonnes mises en échec à des adversaires qui ont la tête basse. Voilà une preuve qu'il s'habitue de plus en plus à la vitesse du jeu.

Pour la première fois de sa carrière dans la LNH, Beaulieu joue donc beaucoup. Il a disputé 17 matchs de suite depuis qu'il a été rappelé pour affronter les Canucks de Vancouver, le 9 décembre dernier.

Pas besoin de vous dire que le défenseur de 6 pieds 2 pouces apprécie beaucoup l'appui de la direction, lui qui avait connu un match «difficile» face aux Predators de Nashville avant la pause du match des étoiles.

Mais plutôt que de le laisser de côté pour le match face aux Stars de Dallas, Michel Therrien a décidé de l'inclure dans sa formation.

«J'ai compris que les dirigeants voulaient être patients avec moi et la meilleure chose qui est arrivée, c'est de me renvoyer dans les mineures, parce que ça m’a permis de jouer en me disant que je devais les faire mentir, que j’étais meilleur que ça, a-t-il dit.

«La partie la plus difficile était de jouer cinq ou six matchs consécutifs et d'être laissé de côté par la suite. Je n'étais pas en mesure de gagner la confiance des entraîneurs.»

À 22 ans, rien n'est encore gagné pour lui et ce n'est pas parce qu'il est dans la formation soir après soir qu'il a gagné son poste pour autant.

«C'est spécial pour moi de jouer dans cette ligue à 22 ans. J'en suis très reconnaissant parce que je suis passionné par le fait de jouer pour les Canadiens et les dirigeants de l'équipe le savent.»

Jouer avec Sergei Gonchar est la meilleure chose qui lui est arrivée dans sa carrière selon ses dires. Pour ce qui est de son premier but dans la LNH, qu'il attend toujours, il ne croit pas que ce sera une pièce d’anthologie.

Il avait dit à mon collègue Félix Séguin que la rondelle allait probablement toucher son casque avant de pénétrer dans le filet. P.K. Subban croit plutôt que ce sera un but important dans un match.

Après 54 rencontres d'attente, Beaulieu a hâte de dire qu'il a enfin déjoué un gardien, mais ce qui est encore plus important présentement, c'est de s'assurer d'être constant sur une longue période.