Boxe

La bonne recette pour battre Kovalev

Publié | Mis à jour

Quand vient le temps de préparer Jean Pascal pour son prochain adversaire, Marc Ramsay aime bien faire des références au monde culinaire. Ce n’est pas différent quand il discute du camp d’entraînement de son poulain en prévision de son combat du 14 mars contre Sergey Kovalev.

«Le bouillon est prêt et il ne reste qu’à mettre les ingrédients, a déclaré l’entraîneur de Jean Pascal quelques heures avant son départ pour Las Vegas.

«J’ai une bonne idée de ce que je veux faire avec Jean afin qu’il soit au sommet de son art contre Kovalev lors de la soirée de son duel.»

Au cours des deux prochains mois, Ramsay sera accompagné par Roy Jones fils, Russ Anber et de Luc-Vincent Ouellet pour concocter la «recette du succès» comme il l’appelle. Toutefois, les ingrédients et l’assaisonnement peuvent changer en cours de route.

«Tu ne peux pas avoir seulement une idée et la garder jusqu’à la fin du camp, a souligné Ramsay. Après des discussions avec les autres membres de l’équipe incluant Jean, on doit être capable d’apporter des modifications au fur et à mesure.»

Des heures de visionnement

Ramsay et ses collègues savent pertinemment que Pascal n’aura pas un pied de céleri devant lui. C’est pour cette raison qu’ils sont conscients que chaque détail pourrait être crucial.

«On fera beaucoup de visionnement avec et sans Jean afin de trouver des failles dans le style de Kovalev, a souligné Ramsay. Chaque entraîneur de notre clan a sa façon de voir le style adverse et parfois, le ton peut même monter.

«Toutefois, on arrive toujours à un accord et on va de l’avant.»

Quand il parle de Kovalev, qui a les ceintures IBF, WBO et WBA des mi-lourds en sa possession, il est très élogieux.

«C’est un pugiliste assez complet qui a très peu de faiblesses, a ajouté l’entraîneur. Comme on le sait déjà, il a une bonne force de frappe et il possède une belle feuille de route chez les amateurs.»

La perfection exigée?

Pour vaincre le monarque russe, Jean Pascal aura besoin d’une prestation sans bavure. Est-ce qu’il devra frôler la perfection pour redevenir champion du monde des mi-lourds ?

«Il y a quelques performances au cours de sa carrière où Jean s’en est approché, a précisé Ramsay. Les combats contre Bute, Dawson et Diaconu en sont de bons exemples.

«Il devra possiblement livrer le même type de rendement contre Kovalev et je sais qu’il est capable de le faire.»

Une partie d’échecs

Lors de la soirée de l’affrontement, ce sera aussi intéressant de remarquer le duel qui aura lieu entre Ramsay et celui de champion, John David Jackson.

«Ce sera une partie d’échecs entre moi et lui. Ce sera surtout une confrontation de perceptions de ce qui se passe entre les câbles», a souligné Ramsay qui est trop souvent sous-estimé lors des combats majeurs.

Ramsay dirige plusieurs boxeurs, dont David Lemieux. Pour le prochain adversaire de son protégé, il aimerait bien un choc contre Miguel Cotto. «Il est plus petit que Canelo Alvarez et ce serait plus payant pour David», a-t-il commenté.