Felipe

Photo : Felipe Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Impact de Montréal

C’est 20 pensées – Février 2015

C’est 20 pensées – Février 2015

Fréderic Lord

Publié 27 janvier 2015
Mis à jour 27 janvier 2015

Pour tous ceux qui posent les yeux sur cette chronique pour la première fois, vous méritez quelques explications (les autres, passez au numéro 1 immédiatement).

Certes, le titre peut vous sembler curieux, bancal, voire déplorable. Avant d’enflammer les réseaux sociaux avec vos commentaires incendiaires, sachez qu’à l’origine c’était une blague plus ou moins réussie qui ne devait servir qu’une seule fois.

En somme, un pastiche de la chronique d’Elliotte Friedman, un collègue de Sportsnet, qui offre un tour d’horizon des activités de la LNH en 30 points.

Bref, avec le temps, je me suis servi de cette tribune pour y partager tout ce qui se retrouve dans mon calepin et dont je n’ai pas le temps de transmettre au cours d’un reportage sur nos ondes.

Voici donc :

1- À l’annonce de la transaction qui a envoyé Felipe et le premier choix au repêchage d’allocation à New York en retour d’Eric Alexander et d’Ambroise Oyongo, vous ne pouviez trouver personne plus contrarié que l’agent de l’international camerounais.

Rejoint en Belgique quelques heures après l’annonce, il était révolté par cet état des faits particuliers à la MLS et du sport professionnel américain. «Les joueurs sont traités comme de la marchandise. Ils ne sont pas maîtres de leur destin et ça, ça me choque profondément.»

En somme, Oyongo avait une entente tacite avec l’ancienne administration new-yorkaise voulant qu’il passe l’ensemble de la saison dans la Grosse Pomme. S’il devait quitter l’équipe, ce serait pour un autre des satellites des Red Bulls (en Autriche par exemple).

Fier de cette entente de principe, l’agent avait stoppé toute démarche pour lui trouver un club en Europe.

En ce sens, il n’avait pas prêté trop d’intention aux rumeurs des semaines précédentes, étant persuadé que son client était «intransférable».

Bref, la MLS traîne encore une réputation particulière sur la planète soccer qui en rebute certains.

2- Au moment d’écrire ces lignes – mardi le 27 en début de soirée – Oyongo n’avait toujours pas été averti de la transaction, lui qui se préparait à jouer un match décisif en Coupe d’Afrique des nations.

Toujours d’après son agent, il devrait apprendre le tout via les réseaux sociaux.

L’état-major n’avait pas non plus donné signe de vie jusqu’à présent à son représentant.

3- Maintenant, il faut voir dans quelle forme va se présenter Oyongo de son retour de la Coupe d’Afrique des nations. Dans ce genre de compétition, les joueurs laissent beaucoup d’énergie et doivent prendre du temps pour récupérer.

C’est d’ailleurs un problème pour eux lors du mercato puisque les équipes européennes sont peu enclines à acheter un joueur qui s’est dépensé sans compter pour son pays alors qu’il ne reste que trois mois à jouer au championnat.

4- Dans tout ce brouhaha, l’agent d’Oyongo a insisté pour dire qu’il n’avait rien contre Montréal. Au moment où je l’ai rejoint, il était en compagnie d’Adrien Trebel, un ancien coéquipier de Laurent Ciman qui a insisté pour dire que le défenseur était enchanté de s’amener à Montréal.

5- Il semble évident que l’Impact entend amorcer la saison avec la même formation tactique que la dernière année. Un 4-2-3-1 donc; la plupart des joueurs sondés en ont une quasi-certitude.

Le personnel technique insiste depuis le début du camp sur la qualité de leurs milieux offensifs. Après Ignacio Piatti, Andres Romero, Justin Mapp et Dilly Duka sont les trois joueurs susceptibles d’être de la formation de départ face à Pachuca le 24 février prochain.

Mais la bataille la plus intéressante se fait un cran plus bas au milieu du terrain. Pour les deux postes devant la défense, Frank Klopas a l’embarras du choix. Le capitaine Patrice Bernier, Marco Donadel ou Nigel Reo-Coker.

6- Je vous ai souvent parlé de la passion de Patrice Bernier pour son sport. Le capitaine est toujours prêt à discuter histoire, culture ou tactique au soccer.

Pendant l’entre-saison, il en a profité pour assister à une formation d’entraîneur (Licence B) aux États-Unis. Neuf jours intensifs à parfaire ses techniques de coaching.

Trois autres (ex) joueurs du XI montréalais ont aussi pris part à ces séances : Matteo Ferrari, Evan Bush et Krzysztof Krol.

7- C’est annoncé, Bakary Soumaré portera le numéro 5 cette saison. Un changement pour le grand défenseur d’origine malienne puisque d’aussi loin qu’il se souvienne, il a toujours porté le quatre.

Peut-être connaissez-vous déjà l’histoire, mais chez l’Impact, le #4 est officieusement retiré en l’honneur de Nick De Santis.

8- Les pourparlers en vue de renouveler la convention de travail en MLS vont bon train. Même si, à travers les médias, les joueurs semblent vouloir muscler leur négociation, les différents acteurs sondés sur le sujet semblent confiants d’en arriver à une entente.

De ce qui filtre jusqu’à présent, on peut vous dire que la notion de «joueur désigné» devrait être subdivisée en deux groupes.

En fait, la notion de «mid-level DP» (en français «joueur désigné médian»???) devrait faire son apparition.

En somme : le joueur qui gagne plus de 750 000$ aura l’étiquette JD. Il y aura donc des places supplémentaires - les «mid-levels» - pour les joueurs entre 350 000$ et 750 000$.

9- Bien qu’il ait passé huit saisons à Kansas City, Eric Kronberg est originaire de la Californie. Il n’y retourne que très rarement et non, comme il est des environs de San Francisco, il n’est pas très porté sur le surf.

Pour le nouveau gardien de l’Impact, la dernière année fut celle du changement puisque son épouse et lui ont accueilli leur premier enfant il y a à peine neuf mois. La petite famille devrait le rejoindre à Montréal au début du mois de mars.

10- Parlant gardien : Evan Bush a pris le #1 cette saison, signe d’un changement de garde. Il a aussi déménagé dans l’ouest de l’île de Montréal avec sa petite famille.

Bush a considéré bien des quartiers comme le Mile-End notamment, mais a finalement jeté son dévolu sur Dollard-des-Ormeaux.

11- Durant l’entre-saison, Maxime Crépeau s’est retrouvé en Allemagne pour s’entraîner avec la réserve du club de Düsseldorf.

C’est par l’entremise de son agent que le gardien a pu s’envoler au pays de Manuel Neuer.

Au départ, il avait exploré la possibilité d’aller faire un tour du côté de Bologne, mais les circonstances n’étaient pas favorables. L’an prochain peut-être?

12- Vous voulez jouer au hockey avec Blake Smith? Il se peut très bien que vous le rencontriez sur une des patinoires extérieures du quartier Hochelaga. Quand son temps lui permet, il va donner quelques coups de patin avec son ami et joueur des Alouettes de Montréal Nicolas Boulay.

13- Il sera intéressant de voir ce qu’on offrira comme temps de jeu à Smith, cet ancien premier choix de l’Impact. Sa saison en prêt – qu’il avait lui-même demandé – à Indianapolis a été faite de hauts et de bas, mais il arrive au camp avec une confiance renouvelée.

Avec le départ de Matt Jordan pour Houston, Smith a perdu un allié de taille au sein du personnel technique de l’Impact.

14- Pour en finir avec Smith : non, il n’est pas redevenu colocataire de Maxim Tissot. Ils habitent par contre la même tour à condos.

15-  Et Smith et Tissot ont aussi de nouveaux tatouages. Tout le bras gauche de Blake est barbouillé d’encre, tandis que Maxim a un souvenir de voyage sur le biceps qui le lie – de façon graphique – à son jeune frère.

Au départ, il avait exploré la possibilité d’aller faire un tour du côté de Bologne, mais les circonstances n’étaient pas favorables. L’an prochain peut-être?

16- Mardi, Jeremy Gagnon-Laparé et Louis Béland-Goyette n’étaient toujours pas à l’entraînement. Après avoir joué les qualifications de la Coupe du monde avec l’équipe canadienne des moins de 20 ans, les deux milieux de terrain bénéficient de quelques journées de repos.

Malgré que les deux joueurs aient offert de bonnes performances, ils sont encore sous le choc de l’élimination de l’équipe qui était pourtant promise à de belles choses. Ici, entendez vraiment «sous le choc».

17-  Avis à tous les partisans de l’Impact : il y aura une nouvelle section ouverte aux «purs et durs» du XI montréalais au Stade Saputo.

Le club en a fait l’annonce à ses détenteurs d’abonnements de saison.

La section 114 devient donc la troisième zone de partisans, après la 127 et la 132, qui appartiennent aux Ultras.

Celle-ci sera d’ailleurs située complètement à l’opposé, derrière le but du côté est du stade.

Si vous désirez vous y joindre, n’hésitez pas à contacter un représentant de la billetterie. Les tarifs et le plaisir promis devraient vous intéresser.

18- Retour à propos de la convention collective présentement négociée entre l’association des joueurs et la MLS : il semblerait qu’un maximum de cinq joueurs pourra s’aligner avec le FC Montréal. Il ne semble pas avoir de restrictions quant au nombre de fois où un joueur peut y être retourné.

Par contre, un joueur qui impressionnerait en USL Pro devrait d’abord signer un contrat MLS pour y jouer.

19-  Un mot pour vous dire que c’est TVA Sports qui vous présente les quarts de finale de la CONCACAF dès le 24 février prochain. Pour vous mettre l’eau à la bouche, allez jeter un coup d’œil au site de l’Impact marquonslhistoire.com

20- On ne devrait pas tarder à vous présenter notre nouvel analyste soccer. Notre premier rendez-vous soccer de l’année est prévu le 17 février en Ligue des champions UEFA.