Sergei Gonchar

Photo : Sergei Gonchar Crédit : BEN PELOSSE/JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

Canadiens de Montréal

Gonchar a encore du gaz dans le réservoir

Publié | Mis à jour

À l’aube de ses 41 ans, Sergei Gonchar est sans doute le joueur des Canadiens pour qui la pause du match des étoiles a été la plus bénéfique.

Le défenseur russe ne chôme pas depuis son arrivée à Montréal. Placé sur la voie d’évitement, puis ennuyé par une blessure à ses derniers moments avec les Stars de Dallas, Gonchar a retrouvé, depuis qu’il porte les couleurs du Canadien, un rôle primordial.

Avec un temps d’utilisation moyen de 19 min 29 s par rencontre, le vénérable Gonchar est le quatrième joueur le plus utilisé par l’entraîneur du Tricolore.

«On lui a donné la possibilité de démontrer qu’il peut encore être un joueur important au sein d’une équipe, a fait valoir le pilote Michel Therrien. Si on lui donne un rôle important, c’est qu’il le mérite. Par la qualité de son jeu et l’excellence de son leadership. Il prend ce rôle très au sérieux.»

Donner au suivant

Et à moins que Marc Bergevin ne fasse l’acquisition d’un défenseur de premier plan d’ici la date limite des transactions, il en sera ainsi jusqu’à la fin de la saison.

«Pour une jeune équipe comme la nôtre, ce fut toute une addition que de mettre la main sur un défenseur aguerri comme lui», a ajouté l’entraîneur du Canadien.

Et particulièrement pour Nathan Beaulieu. D’ailleurs, Gonchar, qui disputera ce soir son 30e match avec le Tricolore, aime bien la paire qu’il forme avec la recrue.

«Il y a toujours de la place pour de l’amélioration, mais je considère m’être bien ajusté à mon nouvel environnement et au style du Canadien. De plus, j’ai développé une belle chimie avec Beaulieu.»

Selon Gonchar, il est de son devoir d’aider les jeunes à acquérir de l’expérience. Pour lui, il s’agit d’une façon de redonner ce qu’il a lui-même reçu de ses prédécesseurs.

«Quand je suis arrivé dans la LNH (à Washington), Peter Bondra, Michal Pivonka et Dmitri Khristich m’ont aidé à m’adapter. Puis, à Pittsburgh, je me suis beaucoup inspiré d’un gars comme Gary Roberts et de la façon dont il se préparait minutieusement autant avant un entraînement qu’avant une rencontre. Adam Oates a également été un bon modèle», a-t-il énuméré.

Qualités de Seguin

Gonchar, qui a passé la pause du match des étoiles auprès de sa famille toujours établie à Dallas, affrontera son ancienne formation pour la deuxième fois depuis que le Canadien a fait son acquisition, le 11 novembre, en échange de Travis Moen.

Bien qu’il ait roulé sa bosse dans plusieurs villes de la LNH au cours des 20 dernières saisons, il reconnaît qu’il est toujours particulier d’affronter ces anciens coéquipiers. Surtout Tyler Seguin, meilleur buteur du circuit avec 28 buts en 46 matchs.

«Ce gars-là patine comme le vent. Il a des attributs exceptionnels. C’est plaisant de jouer avec lui. Jouer contre lui l’est un peu moins», a-t-il lancé, pince-sans-rire.

«Son potentiel n’a jamais été remis en question. Il a toujours montré qu’il avait beaucoup de talent. La maturité dont il fait preuve maintenant lui permet de mettre ces habiletés à l’avant-plan», a ajouté Gonchar.