Match des étoiles de la LNH

Une victoire de l’équipe Foligno

Jean-François Chaumont

Publié | Mis à jour

Il y a maintenant un nouveau maître à l’épreuve du tir le plus puissant. En l’absence de Zdeno Chara, Shea Weber a hérité du trône grâce à un missile à 108,5 milles à l'heure.

À son passage à Montréal mardi dernier, Weber avait dit que la nervosité jouerait un rôle important. Le défenseur des Predators parlait avec expérience. À sa première tentative, il a raté la cible.

L’événement était diffusé en direct à TVA Sports.

À voir:

Nash hué

Drouin, le plus rapide

Johansen plaît à la foule

Voracek se moque de Johansen

Giroux demande de l'aide

Tarasenko touche la cible... et rate

Ovechkin retiré!

Kane, le plus précis!

Price enfile deux buts de suite!

Tout un tir de Weber!

Sekac volé par Luongo!

«On dirait que j’ai fini par me convaincre que j’étais pour rater le filet», a dit Weber dans le vestiaire de l’équipe adverse, au Nationwide Arena.

Le colosse de 6 pi 4 po avait encore plus de pression sur ses épaules pour son deuxième et dernier essai.
 
Il n’a pas raté son coup avec une frappe qui lui a permis de devancer Alex Ovechkin de 7,1 milles à l'heure. Il n’a toutefois pas fracassé la marque de Chara de 108,8 milles à l'heure, réalisée lors du dernier match des étoiles à Ottawa, en 2012.
 
«Je crois même que j’ai battu mon propre record qui était de 106 mph, a souligné Weber. Je ne sais pas si je parviendrai à dépasser Chara un jour. Je veux juste m’améliorer chaque année. Ce n’est pas facile, comme épreuve, car on ne pratique pas un tel tir lors d’un match ou aux entraînements.»
 
Un animal
 
Carey Price a parfaitement décrit l’un des héros de cette soirée des concours d’habiletés.
 
«Je m’entraîne avec Shea l’été à Kelowna et je sais depuis longtemps qu’il est un animal», a lancé le gardien du Canadien.
 
Avant de visiter l’Ohio, Weber avait trois participations au match des étoiles dans son curriculum vitae. Trois fois il avait terminé au deuxième rang pour le tir le plus puissant.
 
Chaque fois, Chara l’avait battu. Le géant défenseur slovaque a maintenant perdu le titre qu’il détenait depuis les cinq dernières classiques des étoiles.
 
Une victoire de l’équipe Foligno
 
Les mordus de statistiques ou les historiens un peu fous du match des étoiles retiendront que l’équipe de Nick Foligno a triomphé de celle de Jonathan Toews par la marque de 25 à 19.
 
Le pointage final n’avait toutefois aucune importante. Si la puissance de Weber a capté l’imaginaire, le défi des échappés a parfois manqué d’originalité. Ryan Johansen, l’un des deux représentants des Blue Jackets, a un peu sauvé l’honneur.
 
Johansen a fait le bonheur de ses partisans en se présentant pour l’une de ses trois échappées avec un chandail des Buckeyes de l’Université de l’Ohio. Il a aussi invité un petit garçon à s’élancer devant Corey Crawford en plus de recréer la fameuse formation en V du film des Mighty Ducks.
 
Une bonne note revient également à Jakub Voracek, des Flyers. Il a imité Johansen et convié un enfant à venir avec lui, mais il l’a fait en prenant Johnny Gaudreau, des Flames.
 
«Pour être honnête, c’était l’idée de Ryan Suter, a admis Voracek. Ryan est venu me voir pour me convaincre de le faire. Je crois que c’était assez rigolo.»
 
Dans les faits, Gaudreau a 21 ans, mais le rapide ailier des Flames de Calgary a le visage d’un adolescent de 16 ans...
 
«Voracek m’a demandé la permission et j’ai accepté, a répliqué Gaudreau. J’ai trouvé ça bien drôle.»
 
Invité au départ comme recrue, Gaudreau devait uniquement participer au concours d’habiletés. Avec les forfaits des Sidney Crosby et Evgeni Malkin jeudi, Gaudreau a finalement reçu un carton d’invitation pour le match de dimanche.
Le match des étoiles aura lieu dimanche dès 17h à TVA Sports.