Match des étoiles de la LNH

Weber, le prochain maître

Publié | Mis à jour

Il y aura un nouveau roi à la populaire épreuve du tir le plus puissant lors du concours d’habiletés au match des étoiles, samedi, à Columbus. En l’absence de Zdeno Chara, Shea Weber, des Predators de Nashville, a les yeux sur le trône.

«J’espère qu’ils me choisiront pour cette épreuve puisque j’aurai enfin ma chance, a lancé Weber mardi matin, à quelques heures du match contre le Canadien de Montréal au Centre Bell. Chara trouvait toujours un moyen de réussir une bombe avec son dernier tir, il me devançait toujours de justesse.»

Les dirigeants de la LNH ne décernent pas de trophée pour cette compétition. Mais, si la LNH songeait à le faire, elle devrait baptiser cet honneur au nom de Zdeno Chara. Depuis 2007, il y a eu cinq matchs des étoiles. Le géant défenseur des Bruins de Boston a remporté cinq fois le titre du tir le plus puissant.

Ne manquez pas le concours d’habiletés samedi à TVA Sports à 19h.

Chara ne sera pas à Columbus. Blessé à un genou à la fin du mois d’octobre, le Slovaque de 37 ans a manqué 19 matchs des Bruins depuis le début de la saison. Pour une première fois depuis 2007, il n’a pas reçu d’invitation à la classique des étoiles.

Au dernier match des étoiles à Ottawa en 2012, Chara avait raflé le titre avec une frappe de 107 milles à l'heure. Weber avait terminé au deuxième rang avec un tir de 106 mph. Weber s’était aussi classé deuxième en 2011 et 2009.

«J’ai participé à trois matchs des étoiles et j’ai fini trois fois au deuxième rang, a rappelé le colosse défenseur des Predators. On dit toujours qu’on ne se souvient pas du deuxième, mais c’est bon de voir que vous me parlez de cette épreuve. C’est un signe que les gens s’en rappellent un peu.»

Une épreuve stressante

Au total, huit joueurs participeront à l’épreuve du tir le plus puissant. Il y aura quatre représentants de l’équipe de Nick Foligno et quatre de l’équipe de Jonathan Toews.

Les huit joueurs décocheront chacun deux tirs. La rondelle sera placée à 30 pieds à partir du centre du filet. Avec seulement deux tentatives, la capacité à gérer la nervosité représentera un facteur important.

«On prend des dizaines de tirs par jour, mais il n’y a rien qui se compare au stress du concours d’habiletés au match des étoiles, a mentionné Weber. Tout le monde te regarde dans l’aréna. À ma première expérience en 2009, j’avais manqué le filet en brisant mon bâton. J’avais mis trop de poids, j’étais trop tendu.

«Pour cette année, j’ai assez d’expérience, a-t-il poursuivi. J’ai brisé la barrière des 100 mph à quelques reprises et j’espère ne pas ralentir même si j’approche les 30 ans! J’aurai besoin d’un missile à plus de 100 mph encore une fois si je veux l’emporter.»

Questionné à savoir s’il existait une stratégie parfaite pour optimiser la puissance du tir, Weber n’avait pas une réponse précise.

«On dit toujours que les tirs qui frôlent la glace sont les plus puissants, mais il n’y a jamais eu une étude sérieuse à ce sujet, a expliqué le capitaine des Predators. J’aimerais connaître la science derrière ça.»

Les gagnants du tir le plus puissant :

2012 - Zdeno Chara (107.0 mph)
2011 - Zdeno Chara (105.9 mph)
2009 - Zdeno Chara (105.4 mph)
2008 - Zdeno Chara (103.1 mph)
2007 - Zdeno Chara (100.4 mph)
2004 - Adrian Aucoin (102.2 mph)
2003 - Al MacInnis (98.9 mph)
2002 - Sergei Fedorov (101.5 mph)
2001 - Fredrik Modin (102.1 mph)
2000 - Al MacInnis (100.1 mph)
1999 - Al MacInnis (98.5 mph)
1998 - Al MacInnis (100.4 mph)
1997 - Al MacInnis (98.9 mph)
1996 - Dave Manson (98.0 mph)
1994 - Al Iafrate (102.7 mph)
1993 - Al Iafrate (105.2 mph)
1992 - Al MacInnis (93.0 mph)
1991 - Al MacInnis (94.0 mph)
1990 - Al Iafrate (96.0 mph)