Crédit : USA Today Sports

En route vers le Super Bowl

Lourde tâche pour les Packers

Publié | Mis à jour

La blessure au mollet d’Aaron Rodgers, la défensive intraitable des Seahawks et la symphonie cacophonique du 12e homme à Seattle constituent un cocktail explosif qui risque de rendre la vie impossible aux Packers, ce dimanche, en finale de la conférence nationale.

Les deux équipes avaient lancé les hostilités de la saison le 4 septembre dernier. À ce moment, Rodgers était bien en selle sur ses deux pattes et il avait été harcelé toute la soirée par la défensive des Seahawks, étant limité à 189 verges et lançant une interception.

Littéralement sur une jambe depuis le début des séries, il est privé de la mobilité habituelle qui le sert si bien. Cela ne l’a pas empêché de réaliser des miracles aux dépens des Cowboys, mais c’est un autre univers, loin du confort de Green Bay, qui l’attend.

À moins d’une piqûre miracle, Rodgers ne sera pas à son meilleur et pour aller battre les Seahawks dans leur antre de la douleur, il faut tout simplement frôler la perfection.

En fait, si les Packers veulent l’emporter, c’est peut-être davantage vers le costaud Eddie Lacy qu’ils devront se tourner. Le porteur de ballon a bien terminé la saison et dans un match où la pluie s’annonce, sa robustesse sera un atout inespéré.

Les Seahawks ont été troisièmes contre la course cette saison (81,5 verges par match), mais s’il y a une leçon à retenir, c’est qu’il faut s’accrocher contre eux. Les quatre équipes qui ont battu les Seahawks (Chargers, Chiefs, Cowboys et Rams) ont couru au moins 27 fois contre eux. S’il y a une clé, elle est là.

La vie dure à Seattle

Faut-il rappeler, encore une fois, que pas un stade n’est plus hargneux et bruyant que le CenturyLink Field de Seattle, où les Seahawks ont remporté leurs huit derniers matchs de séries et 25 de leurs 27 derniers?

Ça, c’est une chose, mais il y a aussi le rendement médiocre des Packers sur la route, qui est à considérer. Les têtes fromagées n’ont joué que pour ,500 à l’étranger.

Pire encore, c’est le différentiel de points qui frappe. À Green Bay, les Packers ont inscrit 318 points, tandis que partout ailleurs, ils ont été limités à 168. Selon NFL Stats, il s’agit du plus grand écart dans l’histoire pour une équipe.

La meilleure défensive

Cette saison, les Packers ont affronté, sur la route, trois équipes dans le top 5 défensif pour les verges allouées, soit Seattle, Detroit et Buffalo. Durant ces trois matchs, les Packers n’ont inscrit que 36 points au total, dans trois revers.

Évidemment, les Packers comptent sur plusieurs munitions de qualité à l’attaque, mais défensivement, les Seahawks dominent autant dans leur légendaire tertiaire que sur le front. La ligne offensive des Packers s’est améliorée grandement en cours de saison, toutefois.

Au final, les Seahawks semblent trop sur une impressionnante lancée pour soudainement s’écrouler. Non seulement ont-ils remporté leurs sept derniers matchs, mais par au moins dix points chaque fois. Il y a trop d’obstacles à surmonter pour les Packers.

Cinq duels à surveiller

Russell Wilson contre Clay Matthews

Dans les faits, c’est plutôt la défensive des Packers au grand complet contre Russell Wilson, puisqu’il faut aussi le surveiller étroitement au sol. Si le polyvalent quart-arrière a quelque peu régressé avec 7,69 verges en moyenne par jeu de passe, il a galopé sur 849 verges par la course, de loin un sommet en carrière. Clay Matthews est l’un des rares, avec Julius Peppers, capable de limiter les dégâts en appliquant de la pression.

Davante Adams contre Richard Sherman

Pourquoi pas Sherman contre le plus dangereux receveur des Packers, Jordy Nelson? Parce que Sherman couvre le côté gauche du terrain et que les Packers ne voudront pas sacrifier Nelson dans ses pattes. Adams, une recrue, a explosé le week-end dernier et a à peine joué quand les deux équipes se sont affrontées en septembre. Richard Sherman revendique 24 interceptions depuis 2011. Les Packers ont promis de le défier au besoin.

AJ Hawk contre Marshawn Lynch

Les Packers ont terminé 23e contre le jeu au sol en saison régulière, pour ensuite concéder 145 verges aux Cowboys à leur premier match de séries. Depuis que Clay Matthews partage son temps entre les positions de secondeur intérieur et extérieur, AJ Hawk voit moins d’action. En situation de course, il est toutefois l’ancrage au milieu du terrain. Lynch est solide à l’intérieur, mais le centre Max Unger est mal en point.

Aaron Rodgers contre Kam Chancellor

Déjà qu’Aaron Rodgers pourrait avoir fort à faire contre une ligne défensive aussi talentueuse que profonde, le jeu d’échecs sera à son comble entre lui et Kam Chancellor, le demi de sûreté instinctif des Seahawks. Samedi dernier, il a assuré la victoire aux Seahawks en ramenant une interception dans la zone des buts. Avec Richard Sherman et Earl Thomas, Chancellor est souvent oublié, mais il compte une interception dans chacun de ses trois derniers matchs en séries.

Eddie Lacy contre Bobby Wagner

Avec Aaron Rodgers fortement embarrassé par sa blessure à la jambe, c’est peut-être au sol que le choc va se décider. Le secondeur intérieur Bobby Wagner est le leader silencieux de la terrorisante défensive des Seahawks. Depuis son retour au jeu à la fin novembre, l’équipe est métamorphosée et n’accorde que 68 verges au sol par match. De son côté, Eddie Lacy est constant à ses quatre derniers matchs avec des gains de 97, 99, 100 et 101 verges.

Saviez-vous que...

Packers

Les Packers participent pour une huitième fois à la finale de la conférence nationale, eux qui présentent une fiche de 5-2 à ce jour dans ce championnat.

Eddie Lacy est devenu le premier porteur de l’histoire des Packers à amasser plus de 1000 verges au sol et 10 touchés à chacune de ses deux premières saisons.

Aaron Rodgers a remporté quatre de ses cinq premiers matchs de séries en carrière. Depuis, il n’a remporté que deux de ses cinq suivants.

Seahawks

Les Seahawks ont remporté leurs huit derniers matchs de séries à Seattle. À leurs trois dernières saisons, ils montrent un dossier de 25-2 à la maison.

Lors des sept matchs éliminatoires qu’il a disputés en entier, le porteur de ballon Marshawn Lynch a gagné en moyenne 93,7 verges au sol.

Les Seahawks sont devenus la première équipe depuis les Patriots de 2005 à remporter un match de séries l’année suivant un triomphe au Super Bowl.