NHL: Ottawa Senators at Colorado Avalanche

Crédit : USA Today Sports

Sénateurs

Craig Anderson fait la sourde oreille

Publié | Mis à jour

Le débat a fait rage parmi les partisans des Sénateurs d’Ottawa: Craig Anderson devrait-il être échangé?

Quelques médias posaient d’ailleurs la question à leur public avant le match de jeudi contre les Canadiens de Montréal, d’autant plus que la formation ontarienne accusait à ce moment-là un retard de 10 points sur une place en séries éliminatoires.

La date limite des échanges du 2 mars approchant, l’organisation des Sénateurs recevra certes quelques appels à propos de son gardien numéro 1 et de l’adjoint de celui-ci, Robin Lehner, considéré comme le futur de l’équipe devant le filet.

Or, la bonne nouvelle est qu’Anderson n’écoute pas les spéculations.

«J’essaie de demeurer loin de tout cela. Ce sont vous, les journalistes, qui amorcez la plupart des rumeurs, a-t-il dit avant d’effectuer le départ face au Tricolore. Pour nous, le travail est d’arriver ici, de jouer des matchs de hockey et de faire le nécessaire pour gagner.»

Pas de veto

Ayant accepté une prolongation de contrat de trois ans et de 12,6 millions $ pendant l’été, le vétéran n’a pas une option lui permettant de refuser une transaction, ce qui le place dans une situation unique parmi les gardiens du circuit.

Avant le duel de jeudi, il affichait une moyenne de buts alloués de 2,35 en 37 joutes. Il était au 14e rang de la ligue à ce chapitre, mais il occupait le cinquième échelon avec un taux d’efficacité de ,928.

Certains clubs devraient manifester leur intérêt à son égard, mais il n’y a eu aucune discussion sérieuse à ce propos jusqu’ici. Si Ottawa le laisse aller, il faudra en retour un jeune talentueux de premier plan, un espoir et un choix de repêchage intéressant.

«C’est ainsi que ça se passe, a-t-il admis. La formation a été vraiment bonne pour moi, elle a relancé ma carrière après une année difficile. L’espoir est revenu.

«La balle est dans leur camp. Tout ce que je peux faire est de jouer. Si quelque chose comble leurs besoins, et que je ne suis plus dans leurs plans, qu’il en soit ainsi. Cependant, je ne veux pas parler de cela, puisqu’il n’y a aucune spéculation à cet effet. Je souhaite aider cette équipe à remporter des matchs.»

Anderson n’a pas à se soucier de son pacte, car il ne deviendra pas joueur autonome sans compensation l’été prochain. Dans le cas contraire, les rumeurs n’auraient pas cessé.

«Accepter cette prolongation m’a donné un peu de sécurité et m’a permis de me concentrer sur mon jeu, sans me préoccuper du reste, a-t-il émis. Je déteste penser à ce que les présentes journées auraient représenté si je n’avais pas signé.»